×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    L'AIEA se penche sur l’arsenal nucléaire israélien

    Par L'Economiste | Edition N°:2364 Le 19/09/2006 | Partager

    . Une réouverture des négociations avec Téhéran se précise L’assemblée générale de l’AIEA à Vienne doit aborder cette semaine la question de l’arsenal nucléaire non déclaré d’Israël et un projet de «banque du combustible nucléaire» civil pour éviter que de nombreux pays n’enrichissent eux-mêmes l’uranium. Les six (US, Russie, Chine, Grande-Bretagne, France et Allemagne) craignent que la république islamique utilise de l’uranium enrichi pour la fabrication de bombes nucléaires. ElBaradei est partisan d’un règlement complet. Un règlement où chacune des deux parties trouve son compte. Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a déclaré, le 18 septembre à Vienne, que « l’Agence s’impliquerait davantage pour l’ouverture de négociations entre Iran et l’Union européenne pour résoudre le différend sur les activités nucléaires iraniennes». Ces propos ont été tenus devant les délégués de 140 Etats à l’ouverture de l’assemblée générale annuelle de plusieurs jours de l’AIEA. Par ailleurs, le Haut représentant de l’UE pour la politique extérieure, Javier Solana, pourrait reprendre ses négociations directes avec le principal négociateur iranien Ali Larijani, interrompues depuis une semaine. L’Iran s’est inquiété, le 18 septembre, que des membres de la délégation du président Mahmoud Ahmadinejad et des journalistes devant l’accompagner pour assister à l’assemblée générale des Nations unies, n’aient toujours pas reçu de visas des autorités américaines. Le président iranien, qui se trouve au Venezuela après avoir assisté au sommet des pays non-alignés à Cuba, doit séjourner à New York du 18 au 20 septembre et prononcer un discours à l’assemblée générale des Nations unies.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc