×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Economie

    Lahlimi repart en guerre contre la corruption

    Par L'Economiste | Edition N°:1165 Le 14/12/2001 | Partager

    . Passation des marchés publics, création d'un site Web, journées portes ouvertes: les trois axes de la stratégie de moralisation de la vie publiqueAhmed Lahlimi reprend son bâton de pèlerin. Il repart en guerre contre la corruption. Le ministre devait présider, hier jeudi, le lancement de la campagne de moralisation de la vie publique. Lors de cette conférence, Lahlimi devait dresser le bilan de la lutte contre la corruption dans l'administration. A l'heure où nous mettions sous presse, soit au moment de la cérémonie inaugurale, il était impossible d'avoir ces données. Le ministère, contacté à maintes reprises, ne répond pas. Il semble que Lahlimi veuille réserver à son auditoire la primeur de l'information. Les quelques informations recueillies concernent les trois axes de la campagne de moralisation. Ceux-ci ont un air de déjà vu. Le premier axe concernera la passation des marchés publics, là où les plus importants constats illégaux sont relevés. Un guide de simplification des modalités de cette passation sera élaboré. Le deuxième axe porte sur la création d'un site Web relatif aux procédures et formalités administratives. Le but est d'assurer une meilleure divulgation de ces procédures.Le troisième axe concerne l'organisation de journées portes ouvertes dans les trois principales administrations où la corruption bat son plein, à savoir les perceptions, la Conservation Foncière et les agences urbaines. Mais la corruption ne peut être éradiquée si ses causes ne sont pas déterminées d'abord. Une étude sur le parcours du citoyen a été lancée. Elle est financée par un don de la BIRD de 510 millions de DH. C'est le groupement belge IBF qui la pilote. L'étude vise à identifier les entraves qui jalonnent le parcours du citoyen et à suggérer des remèdes.A noter que l'administration reste le nid douillet des pratiques délictueuses. Entre 1998 et 2000, près de 10.202 affaires de tentative de corruption ont été détectées par la Gendarmerie Royale. De 1994 à 2000, ce chiffre s'est élevé à 53.204. Dans un document, la Commission nationale de moralisation de la vie publique signale que 55 éléments de la Gendarmerie ont été révoqués.D'autres corps sont concernés. La Justice en fait partie. Près de 2.020 personnes ont été épinglées, dont le tiers a fait l'objet de poursuites judiciaires. Selon le même document de la commission, des poursuites judiciaires et administratives ont été engagées contre 129 juges, 329 fonctionnaires, 44 régisseurs, 433 fonctionnaires de l'administration pénitentiaire, 423 avocats et 299 auxiliaires de Justice. Sont également concernés des notaires (11), des adouls (321) et des experts et traducteurs (91). Nadia LAMLILI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc