×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

L'Afrique demande plus d'implication de l'ONU dans les conflits armés

Par L'Economiste | Edition N°:602 Le 24/09/1999 | Partager

· M. Mohamed Benaïssa a plaidé pour un réexamen de la composition du Conseil de Sécurité des Nations Unies

Plusieurs dirigeants africains se sont plaints mardi à l'ONU du monde qui néglige les problèmes du continent. Ils ont tenté de défendre la cause de l'Afrique au cours de la seconde journée des débats de l'assemblée générale de l'ONU à New York. Selon eux, la communauté internationale devrait intervenir pour tenter de rétablir la paix dans les pays où sévissent des conflits. Ils ont dénoncé le fait que l'Afrique risque d'être de plus en plus marginalisée dans le nouvel ordre mondial.
"Nous avons vu ces derniers mois les ressources que le monde est capable de mobiliser en peu de temps pour les Balkans. Nous ne voyons pas les mêmes réactions pour les tragédies qui sévissent en Afrique", a déclaré le ministre des Affaires Etrangères du Ghana.
Les Etats africains "se sentent victimes d'une discrimination quand la réaction de la communauté internationale face aux conflits du continent est faible ou tiède", a-t-il ajouté.
Le Maroc était représenté à cette assemblée par M. Mohamed Benaïssa, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération. Ce dernier a prononcé un discours où il a abordé diverses questions (L'UMA, l'Irak, le Sahara, les effets de la mondialisation sur les pays du Tiers-Monde...).
Il s'est par ailleurs prononcé pour un réexamen de la composition du Conseil de Sécurité des Nations Unies ''sur la base d'une répartition géographique équitable'', l'objectif étant de "renforcer sa crédibilité et sa capacité à préserver la sécurité et la paix internationales".
S'agissant de la pauvreté du continent africain, un dirigeant a fait remarquer que l'aide au développement était tombée de 21,5 milliards de Dollars en 1993 à 18,7 milliards en 1997, soit bien en dessous des 30 milliards que les économistes estiment nécessaires pour réduire la pauvreté en Afrique. Enfin, dans le domaine de la santé, le problème du sida a aussi été posé. Dans ce cadre, M. Bill Clinton a indiqué qu'il essaierait d'obtenir 100 millions de Dollars pour la "bataille contre l'épidémie du sida" en Afrique.

Nadia BELKHAYAT (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc