×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

A l'affiche : Mon beau-père et moi

Par L'Economiste | Edition N°:1140 Le 09/11/2001 | Partager

. La première rencontre avec la belle-famille ne se fait généralement pas sans étincelles. Celle de Greg avec Jack, son beau-père, se fait dans la douleurAprès deux ans de vie commune, Greg Focker (Ben Stiller) décide de se jeter à l'eau et de rencontrer sa belle-famille pour officialiser son union avec Pam Byrnes (Teri Polo). Un moment bien difficile que celui de rencontrer les parents de l'élue de son coeur. Quand ce quidam se retrouve dans cette situation, il tente par tous les moyens de s'en sortir, d'abord indemne, mais non sans faire honneur à sa dulcinée. Un pari, encore une fois difficile, d'autant plus que son beau-père n'est pas très convivial et manifeste une froideur qui rend la tâche plus ardue au malheureux fiancé. Une fois à l'intérieur de la maison de la belle-famille, le piège se referme sur lui avec, en face de lui, un personnage paranoïaque. Le beau-père en question est un homme pas facile à vivre. Ancien agent de la CIA, Jack (Robert de Niro) ne semble pas oublier ses habitudes d'antan. Pétri d'idées de la vieille école puritaine, il met à l'épreuve son futur gendre et lui fait subir les pires supplices. Estimant que sa petite fille mérite ce qu'il y a de mieux, il se voit dans le devoir de la protéger. Dès lors, la mission du pauvre Greg s'avère périlleuse. Mais pas question de faire mauvaise figure. Il décide de tout encaisser pour lui plaire et se transforme, par là-même, en un véritable souffre-douleur. . Bob et Ben, un duo de chocDans «Mon beau-père et moi», on retrouve le grand Robert de Niro, encore une fois dans un rôle comique. Bob paraît prendre plaisir à interpréter ce genre de rôle qui prouve qu'il est un acteur difficile à cataloguer. Comme dans l'hilarant «Mafia Blue» ou encore «Des hommes d'influence», De Niro troque, dans cette comédie, son air farouche qu'on lui connaît et qui a fait son succès, contre un sourire malicieux dont lui seul a le secret. Il prouve ainsi qu'il est un acteur accompli parce qu'étant capable de passer d'un registre à un autre avec une aisance à nulle autre pareille. Ce ténor donne la réplique, dans le film, à Ben Stiller, un comique de première classe qui s'est confirmé dans ce genre. Celui-là même qu'on a déjà vu dans des comédies qui ont fait un tabac («Mary à tout prix» et «Au nom d'Anna») et qui s'est distingué avec brio dans des rôles comiques. Son corps aidant, Ben use sans abuser d'une gestuelle qui donne une dimension ludique à son jeu. Il est très convaincant dans le rôle du gendre maladroit, et sans éducation, aux yeux de sa belle-famille, mais qui décide de gagner sa confiance. Plus d'une personne se reconnaîtra dans ce rôle pour avoir vécu la même situation, en moins désastreux.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc