×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

L'aéroport Mohammed V fonctionnera à l’électricité verte

Par L'Economiste | Edition N°:2793 Le 06/06/2008 | Partager

. Un parc éolien de 10 MW au programmeL’Office national des aéroports (ONDA) a conclu il y a quelque temps un partenariat avec Nareva Holding, pour la construction d’un parc éolien (cf. www.leconomiste.com). L’objectif est de faire de l’aéroport Mohammed V le premier aéroport «vert» du monde, avant d’étendre le concept aux autres aéroports du pays. La mise en œuvre du projet s’inscrit dans le cadre de l’offre EnergiPro, initiée par l’Office national de l’électricité (ONE), et ce, afin de promouvoir l’énergie propre. Dans un premier temps, la priorité sera accordée au développement et à l’exploitation par Nareva Holding d’un parc éolien d’une puissance de 10 MW réservé à l’alimentation exclusive de l’aéroport Mohammed V. Pour l’heure, le montant de l’investissement n’a pas été communiqué. Sur le plan de l’économie d’énergie, cette électricité se veut très compétitive. La production annuelle de cet ouvrage sera de près de 90% des besoins électriques de l’aéroport Mohammed V. La mise en service de ce parc éolien devra prendre en compte les impératifs de protection de l’environnement, ainsi que de lutte contre les changements climatiques. La nouvelle installation devrait permettre d’éviter l’émission d’environ 25.000 tonnes de dioxyde de carbone par an. En adoptant ce processus, l’ONDA deviendrait le précurseur à l’échelle internationale des entreprises appliquant effectivement le Pacte mondial (Global Compact). L’ONDA a volontairement adhéré à ce pacte des Nations Unies en 2005. Par ailleurs, Nareva Holding a clairement affiché ses ambitions de valorisation des ressources naturelles, via une exploration des métiers de l’énergie et de l’environnement. Trois secteurs-clés ont été considérés comme primordiaux, à savoir les domaines de l’environnement, de la gestion de l’eau et de l’énergie. Outre le projet avec l’ONDA, d’autres partenariats ont été conclus, notamment avec la société Amendis, dans le cadre d’un partenariat de concession et de distribution d’eau et d’électricité à Tanger-Tétouan. Autre exemple, le partenariat avec Lafarge Ciments signé en mars dernier et qui porte également sur le développement d’un parc éolien de 100 MW, dont l’énergie sera réservée exclusivement au cimentier. Ce partenariat vise à renforcer l’objectif de l’entreprise de diversifier ses sources énergétiques, en recourant le plus possible aux énergies renouvelables afin de sécuriser ses besoins en énergie. Enfin, Nareva Holding ambitionne, grâce à ces projets, de devenir le premier producteur privé national des énergies renouvelables, avec objectif d’en produire plus de 300 mégawatts entre 2010 et 2012. Le total des investissements de départ gérés par la holding s’élève à 970 millions de DH. A. B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc