×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Culture

    Laâyoune accueille enfin son Festival

    Par L'Economiste | Edition N°:2576 Le 24/07/2007 | Partager

    . Après 7 ans à Casablanca, Rawafid Azawane migre vers les provinces du Sud. Toute la ville en effervescence. Au programme: musique, artisanat, cinéma, conférences et course de dromadairesILS étaient 17.000 selon les autorités, mais un simple coup d’œil sur la place du Mechouar, la grande place de Laâyoune, suffisait pour voir que presque toute la ville et ses alentours s’étaient mobilisés pour l’occasion. Il faut dire que ce n’est pas tous les jours qu’un festival international se déplace dans les provinces du Sud. En fait, le festival Rawafid Azawane, qui se tient du 20 au 29 juillet à Laâyoune, vient combler un terrible vide culturel, ressenti par toute la population sahraouie. Musique, artisanat, cinéma, conférences, course de dromadaire sont au programme. Jeunes et moins jeunes, femmes et enfants, tous s’étaient donnez rendez-vous pour partager ces moments de pur bonheur. C’était tangible, palpable même! Les yeux rivés sur la grande scène centrale, le public, bras levés et les sourires immenses baignant leur visage, criait sa joie à plein poumon. Un engouement qui réchauffe le cœur, heureusement, car les nuits de Laâyoune, en cette saison, sont plutôt fraîches.Tout a commencé le vendredi 20 juillet, dans l’après-midi. Après les discours officiels de la présidente de l’association Synergie Sakia El Hamra, Hajboha Zoubair, celui du président du Conseil régional, et celui du ministre de la Culture, Mohamed El Achaâri (cf. entretien exclusif), le coup d’envoi des festivités a démarré par la parade. Enfants et femmes ont défilé tout au long de la ville, panneaux, drapeaux et banderoles à la main, chantant et dansant, heureux de pouvoir investir un espace si longtemps… inoccupé. Les jeux (osselets et mikado), les instruments de musique, les méthodes traditionnelles de tissage (pour les tentes, les tapis et les vêtements), bref tout le folklore, ou presque, de la région était offert au public. Pour clôturer ce défilé, la troupe d’artistes Les Nuits blanches, composée de jeunes Marocains et de Français, perchés sur des échasses de plus d’un mètre de haut, au maquillage et aux costumes étranges, fit sensation. Un étonnant ballet, féerique et «martien» à la fois. Enfin, sous un tonnerre d’applaudissements (et un magnifique soleil couchant aux couleurs châtoyantes comme on ne peut les voir que dans le Sud), cap vers le Mechouar. Là, les énormes baffles, déployés pour l’occasion, crachent leurs décibels. Trois groupes internationaux et deux groupes marocains se sont, jusque tard dans la nuit, relayés pour offrir à la population de Laâyoune l’un des plus beaux concerts du Festival. Lotfi Bouchnak, le poète et chanteur tunisien, Saddoum Ouled Idda, voix inoubliable de la Mauritanie, et la puissante et pénétrante Khaira Araby, du Mali, ont rivalisé de talent pour faire rêver et transporter… ailleurs, l’espace d’un soir, ce public si chaleureux. Qu’on se rassure, le côté marocain n’était pas en reste, et Khadija Souih, et Charadi ont à leur tour brillé et porté la musique marocaine bien haut… dans les cœurs. Tous reprenaient leurs chansons, tous en redemandaient, et ce n’est qu’à contrecœur qu’ils se sont éclipsés, laissant sur leur faim des milliers de personnes qui, calmement mais toujours avec le sourire, désertèrent la place. Le lendemain allait réserver d’autres surprises…A. B. S.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc