×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    La voiture écolo fait son chemin

    Par L'Economiste | Edition N°:2644 Le 02/11/2007 | Partager

    . Franc succès au salon américain du «tuning»Avec des «Hummer» au gazole végétal, une voiture à l’hydrogène capable d’atteindre 320 km/h ou des autos hybrides modifiées, des exposants du salon SEMA, la Mecque du «tuning», à Las Vegas (Nevada), misent, comme les constructeurs généralistes, sur la voiture «verte».L’écrasante majorité des véhicules exposés dans ce rendez-vous des passionnés de personnalisation automobile, est composée de pick-ups de 6 m de long, à la consommation indécente en plein choc pétrolier.Mais certaines de ces mécaniques se parent d’autocollants «hybride» (essence-électricité), «bio» et «éco», comme ce Ford pick-up de Galpin Auto Sports (GAS), garage californien théâtre de la populaire émission de télé-réalité automobile «Pimp My Ride» sur MTV.Cet engin expérimental fonctionne au biodiesel, carburant issu de végétaux, et à l’hydrogène, dont la combustion ne dégage que de la vapeur d’eau.«Nous essayons de faire ce qu’il y a de mieux pour l’environnement», explique Beau Boeckman, président de GAS. «L’idée de base est qu’il ne faut pas abandonner les performances à l’écologie», affirme-t-il.La Prius de Toyota, modèle hybride qui a séduit nombre de citadins, commence aussi à intéresser les préparateurs, comme en témoigne ce modèle modifié par le garage West Coast Customs (WCC), qui travaille d’habitude pour les vedettes du sport, du rap ou du cinéma.«La voiture verte commence à avoir beaucoup d’influence sur le monde automobile, ce qui, par ricochet, touche notre secteur», affirme Ryan Friedlinghaus, PDG de WCC. «Nombre de célébrités militent pour les voitures vertes, cela nous aide beaucoup», confie Friedlinghaus.Une autre Toyota Prius, encore plus radicale, est venue à Las Vegas: une version de course élaborée par la maison mère. Profilée et allégée, elle détient un record de vitesse dans sa catégorie avec 210 km/h.«Les gens sont surpris d’apprendre que cette voiture peut aller vite», note Thomas Kafka, venu vanter le respect de l’environnement selon Toyota au SEMA.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc