×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Enquête

La vilaine querelle des pédiatres

Par L'Economiste | Edition N°:761 Le 04/05/2000 | Partager

. Le 8ème Transmed boycotté par les médecins marocains
. La première journée du congrès a débuté avec une quarantaine de participations


La huitième édition du congrès Transmed pour la pédiatrie n'aura pas le succès escompté par les initiateurs. Le bras de fer qui a opposé la Société Marocaine de Pédiatrie (SMP) aux organisateurs a fini par porter préjudice au déroulement de la manifestation.
Le congrès euro-méditerranéen de pédiatrie a effectivement ouvert ses travaux hier à Marrakech comme prévu, mais avec une participation insignifiante de la part des médecins marocains.
"Nous sommes à moitié satisfaits, nous nous attendions à une centaine de participations. Malheureusement, pour la première journée, il n'y en a qu'une quarantaine. Alors que le Maroc compte 700 pédiatres", s'indigne M. Mohamed Khattab, président du comité d'organisation marocain du Transmed.
Les raisons de cette déconvenue diffèrent d'après les sources.
Selon les organisateurs, "c'est un simple règlement de compte, entre le comité de la Société marocaine de pédiatrie et les organisateurs". Le docteur Khattab accuse la SMP, non seulement d'avoir boycotté le congrès, mais aussi "d'avoir exercé un lobbying auprès de l'industrie pharmaceutique pour ne pas honorer les centaines de demandes de prises en charge émanant des médecins", souligne-t-il. Accusations que réfute la SMP, en arguant que pour elle, "il était inconcevable d'être partie prenante dans un congrès qui n'a d'autres objectifs que le lucre". "L'organisation de ce meeting ne vise pas l'intérêt scientifique. Seul le bénéfice intéresse les initiateurs", poursuivent-ils.
Un retour en arrière s'impose pour jeter un peu de lumière sur cette affaire.
Le Transemd, qui en est à sa huitième édition, réunit chaque année des pédiatres, des néonatologues, des chirurgiens infantiles, des gynécologues obstétriciens de plusieurs pays dans le but d'échanger le savoir-faire. L'initiateur en est M. Kamel Bargaoui, un pédiatre franco-tunisien installé en France et l'entreprise organisatrice est Médicom International. Cette entreprise est dirigée par Mme Isabelle Bargaoui, qui n'est autre que sa femme.
Pour l'année 1996, le Transmed a été organisé à Ourazazate. Selon certaines sources, les organisateurs ont pu récolter plus de 2 millions de FF (2.940.000 DH) de bénéfices. Ces mêmes sources affirment que la société marocaine de pédiatrie, ayant collaboré à l'organisation, avait droit à une part aux bénéfices; ce qui n'a pas été le cas. "Pour cette édition, elle a refusé de mettre la main à la pâte", explique un pédiatre qui a requis l'anonymat. La SMP se défend de ces accusations en invoquant le fait que les organisateurs ont refusé leur collaboration. "Nous leur avons proposé de collaborer, mais avec nos conditions. Vraisemblablement, nos conditions n'étaient pas à leur goût".


Opération sabotage


Dans un communiqué adressé à L'Economiste le 3 mai 2000, les organisateurs du Transmed donnent leur version des faits. "Ils ont été jusqu'à contacter les médecins un par un pour les dissuader d'y assister, appelant même les congressistes français pour leur signifier qu'ils ne sont pas les bienvenues", précise le document. "Cependant devant la réticence des médecins, les saboteurs se sont tournés vers les pourvoyeurs de fonds. Ils ont systématiquement appelé et rendu visite à tous les laboratoires pharmaceutiques pour les obliger à ne pas prendre en charge les médecins, sous peine de ne pas prescrire leurs produits", explique, dans le communiqué, docteur Khattab.
Devant cette avalanche d'accusations, la SMP a réagi en expliquant qu'elle avait effectivement contacté les professionnels de l'industrie pharmaceutique pour les informer qu'elle n'était pas concernée par ce congrès.

Fadoua TOUNASSI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc