×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

La Turquie sera examinée de plus près par l’UE

Par L'Economiste | Edition N°:2125 Le 07/10/2005 | Partager

. Elle doit présenter un dossier vierge en termes de droits de l’Homme et d’Etat de droitLe commissaire européen à l’Elargissement, Olli Rehn a prévenu jeudi 6 octobre, au premier jour d’une visite à Ankara, que la Turquie, avec qui l’Union européenne a entamé des négociations d’adhésion mardi matin, ferait désormais l’objet d’un examen «encore plus minutieux» par les 25.«Nous avons à présent débuté une nouvelle phase dans les relations entre l’UE et la Turquie. Cela signifie que la Turquie fera l’objet d’un examen encore plus minutieux par l’UE, en particulier par l’opinion publique et les gouvernements et parlements des pays membres de l’UE», a-t-il dit.«Il appartient maintenant à la Turquie de s’aligner sur les législations de l’UE, les valeurs, normes et standards de l’Europe», a poursuivi Rehn, lors d’une conférence de presse commune avec le ministre turc des Affaires étrangères, Abdullah Gül.La Turquie a entamé des négociations d’accession avec l’UE mardi 4 octobre, après d’âpres discussions entre les 25 sur les conditions de ces négociations, l’Autriche n’acceptant qu’en dernière minute de retirer sa demande d’inclure une clause offrant à Ankara une option en deçà de l’adhésion.Estimant que le bloc européen avait accompli ses engagements et que la Turquie devrait désormais tenir les siens, le commissaire européen a précisé qu’Ankara devrait «appliquer avec vigueur les réformes politiques», notamment dans les domaines des droits de l’Homme, des femmes et des communautés religieuses.«Pour pouvoir conclure les négociations et devenir membre de l’UE, la Turquie doit remplir pleinement les critères de Copenhague (de l’UE), ce qui veut dire présenter un dossier vierge en termes de droits de l’Homme et d’Etat de droit», a considéré Rehn.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc