×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La Tunisie se positionne dans le tourisme de croisière

Par L'Economiste | Edition N°:2343 Le 18/08/2006 | Partager

. L’OMT prévoit 11% de parts pour le marché tunisien. Points forts, la parité du dinar et le coût des offresAVEC ses 1.600 kilomètres de littoral, la Tunisie a entrepris de moderniser ses installations portuaires pour surfer sur la vague du tourisme de croisière qui fleurit en Méditerranée. L’Organisation mondiale du tourisme prévoit 11,5 millions de croisiéristes dans le monde à l’horizon 2020, avec 11% de parts pour le marché tunisien, soit 1,3 million. A l’Office du tourisme on évoque un «véritable engouement pour la Tunisie», notamment parmi les croisiéristes espagnols (+40%) et italiens (+30%) et de l’Europe de l’Est. Le ministère du Tourisme Tunisien table sur un million de croisiéristes par an, contre un demi-million actuellement. Les ports tunisiens (Goulette, Bizerte, Sousse et Gabès, Tabarka) verront 450 accostages en 2006. Il y a 6 ans, ils étaient de l’ordre de 150 seulement. Dopé par la parité du dinar par rapport aux monnaies fortes, le succès du tourisme de croisière est dû aussi au coût des offres. Elle fluctue entre 350 et 900 euros sur la Méditerranée.«L’engouement pour les croisières est perceptible dans l’activité des ports. C’est pourquoi nous allons renforcer notre potentiel d’accueil», affirme-t-on à l’Office de la marine marchande et des ports (OMMP). Cet organisme supervise la construction au port tunisien de La Goulette d’un terminal réservé au tourisme de croisière réalisé dans le cadre d’une concession pour quelque 53 millions DH. Il s’agit d’un aménagement destiné à améliorer la qualité des services devant la multiplication des accostages. En plus du pittoresque port de plaisance de Sidi Bou Saïd, la baie de Tunis est desservie par deux ports marchands: La Goulette et Radès. La Goulette sera réservée exclusivement au trafic des passagers et au tourisme de croisières. Quant à Radès, il sera consacré aux activités pétrolières et commerciales. «Même s’ils ne viennent que pour une journée, les croisiéristes font leur shopping à l’escale et dépensent beaucoup», note Moez Hamdi devant sa boutique aux abords du port.Synthèse l’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc