×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

La tomate pèse sur le panier de la ménagère

Par L'Economiste | Edition N°:917 Le 15/12/2000 | Partager

. Après la flambée début Ramadan, les prix tournent actuellement autour de 4-6 DH. Pois chiches, lentilles, chebbakia... les prix pratiquésLa harira pèse de tout son poids sur le panier de la ménagère pendant ce Ramadan. La flambée des prix de certaines denrées de base ne laisse personne indifférent. Des ménages ont même décidé de changer leurs habitudes culinaires. Et la cherté des produits a poussé les consommateurs à se rabattre sur les souks des banlieues.Les prix de plusieurs produits ont été revus à la hausse, mais c'est celui de la tomate, produit largement utilisé pendant ce mois, qui attire l'attention. Le kilo de tomate qui coûte au marché de gros près de 4 DH, selon la mercuriale établie par le Service de la Réglementation des Prix de la Préfecture d'Aïn Sebaâ-Hay Mohammadi le 4 décembre dernier, varie sur les étalages entre 4 et 6 DH. Pour palier la situation, les ménagères se rabattent sur le concentré de tomate. Les raisons de la cherté de ce produit-phare ne sont plus à démontrer. Selon le Département de l'Agriculture, c'est la conséquence directe de la baisse de la production. A l'origine de ce recul, les attaques du virus des feuilles jaunes en cuillère de tomate, connu sous le nom de la mouche blanche. Ainsi, la production globale de la tomate fraîche pour cette campagne est évaluée à 360.000 tonnes seulement, accusant une baisse de 34% par rapport à la même période de la campagne précédente.Cette baisse de production de la tomate fraîche est compensée en grande partie par la production du concentré de tomate. Cette production connaît cette année une progression de 40% par rapport à l'année dernière. Elle est de 14.000 tonnes contre 10.000 l'année précédente.Parmi les autres produits non moins prisés par le consommateur pendant le Ramadan figure la chebbakia. Son prix varie selon les villes et les écarts peuvent être importants. A titre d'exemple, le kilo de chebbakia qui coûte 70 DH à Casablanca n'est que de 20 DH à Meknès. Même constat pour le prix de la viande. Selon la mercuriale de la Préfecture d'Aïn Sebaâ-Hay Mohammadi, le prix de la viande ovine est de 55 DH, celui de la viande bovine 50 DH. Le poulet abattu coûte 17,5 DH maximum au marché de gros et arrive chez le boucher à 34 DH.Les pois chiches et les lentilles coûtent respectivement 17 et 14 DH pour les limites supérieures. Le prix de la sardine reste pour sa part invariable à 10 DH le kilo dans le commerce. Abdelaziz MEFTAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc