×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

La SODEA en restructuration : Des difficultés financières remettent en cause les structures de sa gestion

Par L'Economiste | Edition N°:90 Le 29/07/1993 | Partager

Dégageant des cashs-flow importants, la SODEA avait été tentée de financer une grande partie de ses investissements par des - crédits à court terme. La société s'est retrouvée à la limite de la cessation de paiement. Une reconsolidation de la dette est engagée. Elle s'accompagne d'une remise au net de ses structures de gestion.

La sécheresse a mis "à nu" les problèmes de la Société de Développement Agricole (SODEA). Ses difficultés trouvent leurs racines essentiellement une structure financière déséquilibrées la mise en place tardive des programmes d'investissements et l'absence de motivation et de responsabilisation du personnel.

Un plan de restructuration est entamé depuis janvier 1993. Ce plan est marqué par la nomination d'un nouveau directeur général en la per sonne de M. Larbi Sabbari Hassani. Tout en étant convaincu de la nécessité de la mise en place d'une restructuration, le nouveau directeur demeure prudent et évite de critiquer ses prédécesseurs.

La principale origine de la structure financière déséquilibrée est que la SODEA, en période faste, a utilisé des crédits à court terme pour réaliser ses investissements. Ainsi les investissements, dont la remise en valeur des vergers représente 50%, ont coûté 2 milliards de DH de 1986 à aujourd'hui. Ces investissements ont été financés à hauteur de 75% par la trésorerie propre de la société, le reste par des crédits à court terme. La sécheresse a donc jeté à bas la construction financière de cet investissement.

La restructuration financière consiste en la consolidation de 300 millions de DH de crédits à court terme(1) sur sept ans avec une année de grâce. Cette restructuration a reçu depuis le mois de juin l'accord de tous les membres du consortium bancaire dont le chef de file est la BMCEQ'. La CNCA, un des principaux créanciers, adhère, de son côté, à cette consolidation.

Le problème de la SODEA réside également au niveau de la recherche de financement de ses campagnes. Pour les arbres fruitiers, la durée de la campagne est de 12 mois et pour les vignobles, elle est de 15 mois.

La solution a été trouvée en avril dernier: Bank Al Maghrib a donné son accord pour un préfinancement à l'export plafonné à 50% du chiffre d'affaires dans le cadre des crédits de campagne. Aussi, le consortium bancaire et la CNCA ont prévu de débloquer 142 millions de DH au titre de crédits similaires.

Par ailleurs, les problèmes financiers de la SODEA se sont conjugués à une baisse de la production des agrumes qui représentent plus de 50% du chiffre d'affaires de la société et plus de 90% à l'export. Entre la campagne de 1982 83 et la dernière campagne, la production d'agrumes achuté de 270.000 à 150.000 tonnes. Le volume des exportations est passé, quant à lui, de 160.000 à 70.000 tonnes, pour la même période.

Outre les problèmes conjoncturels (sécheresse et difficultés de commercialisation), cette régression est dûe au vieillissement dont le renouvellement tardif des plantations n'a été entamé qu'à partir de 1986. Néanmoins, la qualité des plantations de mise en valeur des vergers réalisée depuis cette date permettra, selon M. Sabbari Hassani, un redressement de la production pour les prochaines campagnes.

A ce sujet, une des missions de la SODEA est d'être le pionnier d'introduction des techniques et des variétés nouvelles. Pour ce faire, la SODEA dispose de plusieurs pépinières dont la plus importante est celle de Témara qui réalise des cultures in-vitro. Les plants produits sont certifiés par le Ministère de l'Agriculture et de la Réforme Agraire.

Par ailleurs, la restructuration de la SODEA porte également sur la mise en oeuvre d'une politique de ressources humaines, rompant ainsi avec la gestion de "type administratif".

La compression de ses coûts fixes et variables intègre aussi ses objectifs. Une Direction des Ressources Humaines a été récemment créée .

Elle est chargée, entre autres, de la formation du personnel et des évolutions de carrière. Le statut régissant le personnel devra être modifié afin d ' instituer une promotion interne et d ' indexer la rémunération en fonction de la rentabilité de chacun. "C'est la seule voie pour l'amélioration de la production", explique M. Sabbari Hassani.

Pour la maîtrise des coûts, il est prévu un désengagement des unités de production ou des opérations jugées non rentables, ainsi que la refonte des activités de conditionnement, de transformation et de commercialisation par la concentration des tonnages sur certaines unités.

Par ailleurs, la responsabilité au niveau du siège sera décentralisée par unité de production à Chaque ferme tiendra à jour son compte d 'exploitation", ajoute-t-il

Dans le même ordre d'idées, certaines représentations régionales de la SODEA, actuelle ment en nombres de 15, devront "fusionner> . Leur encadrement sera renforcé par un transfert du personnel du siège. Lequel est pléthorique par rapport aux besoins réels de la gestion.

A fin de réduire l'effectif, jugé trop important, il n'y aura pas de licenciements mais "un en couragement des départs", précise M. Sabari en souriant.

(1) Le montant exact des dettes n'a pas été révélé. Les dettes à court terme en représentent près de 85% . La consolidation porte sur une grande partie.

(2) Le consortium bancaire est composé, outre de la BMCE, de la BMCI, du Crédit du Maroc, de la BCM, de le Société Générale et de la Banque Populaire.


Carte de Visite

La SODEA a été créée en 1973. Société publique de droit privé, elle est chargée de gérer les terres récupérées des anciens colons. Son capital est de 240 millions de DH.

Elle a à son actif 63.275 hectares dont 57.330 en gestion directe. Le reste est géré sous forme de location aux tiers ou de sociétés mixtes. Les plantations couvrent près de 30.700 hectares, dont 12.150 d'agrumes, 11.980 de vignes, 2.570 de rosacées, 3.700 d'oliviers et 1.800 de forêts.

Durant la campagne 1990-91, la SODEA a affiché un chiffre d'affaires de 1,2 milliard de DH dont près de 60% est réalisé à l'export. Pendant la campagne 1991-1992, le chiffre d'affaires a été réduit à 800 millions de DH, soit une baisse de 33%. L'investissement a atteint son année record en 1989-90 où il était d'environ 100 millions de DH dont 59 millions de DH ont porté sur des mises en valeur (remplacement et nouvelles plantations...).

La SODEA emploie 11.130 cadres, dont 279 sont au siège, 2.784 ouvriers permanents et 14.270 ouvriers occasionnels.

L.T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    a[email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc