×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    La SNI tire son épingle du jeu

    Par L'Economiste | Edition N°:2244 Le 29/03/2006 | Partager

    . Le chiffre d’affaires progresse de 8,3%. …Malgré la concurrence et l’effort d’investissement La baisse de part de marché de Lafarge Maroc et le programme d’investissement ambitieux n’ont pas affecté les performances de la SNI en 2005. Le chiffre d’affaires consolidé du fonds d’investissement de l’ONA progresse de 8,3% à 1,92 milliard de DH. Lafarge accapare 83,6% de cette performance avec 1,6 milliard de DH dans une hausse de 6%. La cimenterie, dont la SNI détient 50%, a profité de l’augmentation du prix du ciment qui a boosté les ventes dans la région du Sud. Les autres filiales ont réalisé une croissance supérieure à 20% pour un chiffre d’affaires de 316 millions de DH. Une progression liée principalement aux réalisations de Longométal Afrique (+25%) et Leader Food (+11%). SNI investit plus de 620 millions de DH dont 155,6 millions en augmentation de capital. Cette somme est répartie entre Longométal Afrique (115,4 millions de DH par incorporation des comptes courants) et Leader Food (40,2 millions). Le fonds a également déboursé 361 millions de DH pour s’offrir des titres de Centrale Laitière (199 millions de DH) et ONA (162 millions). Par ailleurs, le groupe contribue pour 60 millions de DH dans un nouveau fonds d’investissement (AM Invest Morocco), auquel participe l’ancien PDG de l’ONA Bassim Jaï Hokaimi. «L’industrie de l’acier est une activité mondialisée, en forte consolidation de par le monde. Nous ne pourrions pas résister au démantèlement tarifaire et la compétitivité des géants de l’industrie», indique Bendiddi. Cette réalité a incité le groupe à conclure un partenariat avec Arcelor. Le choix du géant européen ne s’est pas fait par hasard. SNI a effectué un arbitrage entre trois grands opérateurs internationaux. «La proposition industrielle d’Arcelor ne se limite pas à la consolidation du leadership national de Sonasid. Elle ambitionne d’en faire une base régionale de son activité», explique-t-il. Les perspectives du développement ne se limitent pas au sidérurgiste. La SNI est déterminée à faire face à la montée de la concurrence, surtout après le démarrage du centre d’ensachage de Holcim à Settat. Elle poursuivra également sa dynamique de croissance dans les autres filiales (Longométal, Leader Food). Le groupe s’associe également à la stratégie de croissance de l’ONA dont il détient 33,3% du capital.Cela dit, SNI a conservé une tendance haussière pour tous ces indicateurs financiers. Le résultat d’exploitation a progressé de 1,3% malgré l’aggravation du déficit sur les holdings et autres activités (-15 millions de DH). Le résultat net part du groupe s’est envolé de 41% profitant de la contribution de l’ONA. Nouaïm SQALLI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc