×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    La SNI consolide ses acquis

    Par L'Economiste | Edition N°:309 Le 18/12/1997 | Partager

    En portant son capital à 990 millions de DH, la SNI se donne les moyens de financer les récentes acquisitions et saisir de nouvelles opportunités de développement. La holding tire l'essentiel de ses revenus des dividendes de titres cotés.


    LA SNI vient de boucler son augmentation de capital par une émission de 1 million d'actions nouvelles au prix unitaire de 475 DH. L'opération réservée aux anciens actionnaires et porteurs de droits a prévu l'attribution de 10.000 actions au personnel. L'objectif était donc de lever 475 millions de DH, portant ainsi le capital de la holding à 990 millions de DH. Décidée par l'AGE du 14 octobre, cette nouvelle injection est destinée notamment à financer l'acquisition récente de 20% de la Sonasid et la création, en partenariat avec Carnaud Metalbox, d'un groupe spécialisé dans l'emballage métallique et plastique.
    L'opération d'augmentation de capital qui s'est déroulée entre les 16 et 31 décembre 1997 a été coordonnée par Attijari Finances et centralisée par Somacovam.
    Dans sa note d'information, Attijari Finances précise que globalement les choix d'investis-sement de la SNI répondent à une logique de contrôle et de positionnement à moyen et long termes. "Aussi la SNI s'interdit-elle des participations à caractère spéculatif", affirment les analystes. Ce qui explique que toute cession répond à un besoin de repositionnement stratégique et toute acqui-sition à une volonté d'accompagner durablement la société achetée.

    Ainsi, au cours du premier semestre 1997 la SNI a cédé 155.363 actions à General Tire (GTM) au prix moyen unitaire de 256,10 DH.
    Le second semestre est, lui, marqué par l'acquisition du noyau dur de la Sonasid (62% du capital) avec un groupe d'investisseurs constitués de Marcial Ucin et d'autres institutionnels marocains. Autre fait marquant: la création de la holding "Financière d'embal-lage" suite à l'acquisition par la SNI de 12% de Carnaud Metalbox dans Carnaud Maroc au prix unitaire de 404, 85 DH.
    En outre, au cours de l'exercice 1996, la SNI s'est retirée de Renault Industrie Maroc (RIM) et a cédé notamment des titres à Samir, Branoma, CIH et BMCI. Plus précisément, la cession de 8,05% du capital de Branoma au profit de SBM permet à celle-ci d'en détenir aujourd'hui la majorité (52,33%). Total des plus-values réalisées en 1996: 134,1 millions de DH.

    Aucun impact de la Sonasid


    Parallèlement, la SNI a acquis de nouvelles entités et participé aux augmentations de capital de ses filiales pour une valeur nette d'acquisition de 141,7 millions de DH.
    La même année, les revenus de son portefeuille grimpent de 31% à 149,68 millions de DH. Ils sont constitués essentiellement de dividendes (87%), de commissions d'intervention (8% ) et de tantièmes et jetons de présence (5%). Les titres cotés ont généré 61,7% du montant des dividendes contre 38,3% pour les titres non cotés. Le secteur agro-alimentaire aura contribué pour 37% des dividendes encaissés contre 23% pour les matériaux de construction, 20% pour la mine-chimie et 19% pour la finance-assurances.
    Le compte d'exploitation de la holding fait apparaître un résultat net de 239,3 millions de DH contre 893,8 millions en 1995. "L'année 1995 est exceptionnelle, marquée par la fusion des participations communes de la SNI et de Lafarge", est-il rappelé.

    Le résultat a donc été impacté par la plus-value latente de 643,5 millions de DH. Quant à la cession de RIM effectuée en 1996, elle a permis de générer une plus-value de 134 millions. Au premier semestre 1997, le résultat net s'établissait à 31,2 millions de DH. "Une situation peu significative car elle n'inclut pas les revenus de participations attendues au second semestre de l'année", soulignent les analystes d'Attijari Finances. Et de préciser que l'acquisition de la Sonasid n'a aucun impact sur le compte des résultats à l'exception des frais attachés supportés par la SNI. La situation comptable au 30 juin 1997 tient compte en revanche de la cession de la majorité des titres GTM générant quelque 32 millions de DH de plus-values.
    Dans les prochains mois, la SNI compte intensifier sa stratégie d'identification des opportunités de développement tout en assurant la pérennité de ses filiales. Elle sera aidée par la récente augmentation de capital et l'absence d'endettement.

    Mouna KABLY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc