×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La Russie veut un «accord global ambitieux» avec l’UE

Par L'Economiste | Edition N°:2392 Le 01/11/2006 | Partager

. Et un régime d’exemption de visasLa Russie souhaite un «accord global ambitieux» avec l’UE et ne veut pas que le dialogue sur l’énergie soit «la seule question mise en avant», a affirmé lundi 30 octobre à Lisbonne le vice-ministre des Affaires étrangères russe, Alexander Groushko. La Russie veut mettre à profit la discussion d’un nouvel accord-cadre avec l’UE «pour fixer de nouveaux objectifs stratégiques» pour le renforcement des relations notamment en matière de «sécurité intérieure et extérieure», a-t-il ajouté, au cours d’une conférence de presse commune avec le secrétaire d’Etat portugais aux Affaires européennes, Manuel Lobo Antunes. Se référant au dialogue sur l’énergie avec l’UE, Groushko a indiqué que la Russie «ne veut pas, sincèrement, que cela soit la seule question mise en avant» dans le cadre des négociations pour un nouvel accord global qui doivent débuter pendant la présidence allemande de l’UE au premier semestre 2007. «Le dialogue énergétique s’est déroulé de façon satisfaisante», a-t-il ajouté, en référence au récent sommet de Lahti (Finlande) sur cette question entre l’UE et la Russie, et Moscou «peut confirmer que les intérêts stratégiques des deux parties coïncident». Le vice-ministre russe a par ailleurs indiqué que la Russie veut avancer sur «un régime d’exemption de visas» avec l’UE qui devra figurer dans le prochain accord qui substituera celui souscrit en 1997. A propos de la Charte de l’énergie entre la Russie et l’UE, un document mis en avant par les Européens pour obtenir plus de garanties de Moscou et dont le président russe Vladimir Poutine a affirmé qu’il ne la signera pas en l’état, Lobo Antunes a affirmé que l’UE «sera suffisamment flexible jusqu’à trouver un accord satisfaisant». Le monopole russe des exportations de gaz, Gazprom, s’efforce de gagner un meilleur accès au marché de distribution de l’énergie chez ses clients européens et s’est plaint à de nombreuses reprises d’obstacles à son expansion placés par les Européens. Les responsables européens veulent de leur côté que la Russie offre de meilleures conditions aux investisseurs étrangers dans l’énergie. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc