×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    La renégociation des accords Maroc-UE pèse sur le SAM

    Par L'Economiste | Edition N°:467 Le 19/03/1999 | Partager

    · Les opérateurs exposent leurs atouts mais aussi leurs inquiétudes

    · Une occasion pour évaluer les potentialités du secteur

    · Plate-forme pour une approche globale de l'agriculture et de l'agro-industrie


    C'est hier qu'a été inaugurée la quatrième édition du SAM (Salon de l'Alimentaire et de l'Agriculture du Maroc), la dernière avant l'an 2000. Une édition placée, selon le président du salon, M. Mohamed Chraïbi qui est aussi président de la Ficopam (Fédération des Industries de la Conserve du Maroc) et de la Fenagri (Fédération Nationale de l'Agriculture), sous le signe de l'inquiétude et de l'incertitude.
    Ainsi, et selon lui, les exportateurs de fruits et légumes s'interrogent sur le nouveau cadre réglementaire qui régira les exportations des produits frais vers l'Union Européenne, après la renégociation des accords agricoles prévue l'année prochaine.
    Les opérateurs de la pêche et de la conserve se demandent quant à eux si l'accord avec l'UE sera ou pas reconduit. Autre préoccupation des agro-industriels, les pénuries et les déboires de la compensation en ce qui concerne les matières de base (sucre, huile, farine...).
    Autant d'interrogations qui rendent, pour M. Chraïbi, le contexte du SAM99 particulièrement difficile et riche d'interrogations.

    En fait, le salon, inauguré par M. Habib El Malki, ministre de l'Agriculture, du Développement Rural et des Pêches Maritimes, et M. Alami Tazi, ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat, constitue une excellente vitrine qui permette de juger et d'évaluer l'état de préparation des différents opérateurs aux prochaines échéances du secteur.
    Près de 200 entreprises, dont 28 étrangères provenant de France, Italie, Belgique, Tunisie, Turquie, Suède, Grande-Bretagne, Luxembourg et des Pays-Bas, exposent au salon. Sur les 10.000 m2 du salon, toutes les bran-ches d'activité sont représentées: agrumes et primeurs, blé et farine, conserves animales ou végétales, cheptel, matériel pour l'agriculture, services agricoles etc...
    Mais plus qu'un espace d'expositions, le salon devra, selon M. El Malki, servir de plate-forme de débat pour définir, de concert avec les différents opérateurs du secteur, les contours d'une approche globale pour l'agriculture et l'agro-industrie. C'est d'ailleurs l'objectif de la série de conférences qui ont eu lieu hier.
    Ainsi, les participants ont pu explorer différentes pistes de réflexion autour de la promotion des investissements agricoles, sur les systèmes d'assurances et enfin sur l'avenir du partenariat agricole Maroc-Union Européenne après renégociation.

    Ghassan KHABER

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc