×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
International

La Redoute se met en ligne

Par L'Economiste | Edition N°:806 Le 10/07/2000 | Partager

• Le groupe français de VPC considère le Web comme une perspective de développement de premier plan• Chiffre d'affaires prévisionnel «en ligne« équivalent à 1,5% du chiffre d'affaires total• Abandon des activités en Allemagne et investissement d'un million de Dollars aux Etats-UnisLa Redoute, numéro un français de la vente par correspondance (VPC), est «en ligne avec un budget ambitieux« pour l'année 2000, ont déclaré lesPDG de l'entreprise et de sa maison mère, le groupe Redcats, lui-même filiale de Pinault-Printemps-Redoute (PPR).«Nous nous sommes donné un objectif de budget ambitieux pour cette année, et pour l'instant nous sommes en phase. Nous sommes en ligne avec notre budget, donc nous espérons tout naturellement le rester sur l'année«, a expliqué Paul Delaoutre, PDG de La Redoute.Le groupe Redcats, dont La Redoute représente un tiers du chiffre d'affaires, est lui aussi «en ligne«, est-il souligné.La Redoute affirme avoir stabilisé ses résultats à l'international, où ses activités ont été «un levier de croissance extraordinaire« ces dernières années, mais une source de pertes, selon M. Delaoutre. «Cette année, nous allons gagner à l'étranger autant que nous y avions perdu l'an dernier«, a-t-il souligné.A l'étranger, l'embellie vient notamment d'Angleterre et de l'abandon des activités en Allemagne, où La Redoute a vendu sa filiale. «On peut aller beaucoup plus loin en Angleterre; la possibilité majeure est aux Etats-Unis et le Japon est un objectif«, indique M. Delaoutre.La Redoute mène un test depuis deux ans aux Etats-Unis, pour un investissement d'un million de Dollars par an. Les conclusions sont «largement positives«, selon le PDG. La Redoute est en mesure d'y livrer ses articles catalogue en provenance de Roubaix «sous six jours, c'est-à-dire dans le même délai que les vépécistes américains avec leurs produits«, affirme-t-il.Le développement passera aussi par le Web, «avec un vrai site +.com+ permettant des livraisons des produits de La Redoute dans le monde entier, a déclaré M. Delaoutre. L'infrastructure dédiée à ce service Web mondial sera intégrée à Roubaix et les livraisons effectuées par des opérateurs externes: «La question ne se pose pas de quitter Roubaix«, a-t-il affirmé.La Redoute conçoit 60% des produits qu'elle vend, mais ne fabrique rien elle-même. Une grande partie du textile provient d'Asie et la plupart des meubles du Brésil. Aux Etats-Unis, Redcats dispose d'une «base de démarrage« avec Brylane, quatrième société de VPC des Etats-Unis, dont il a pris le contrôle en 1998. La Redoute a fermé une douzaine de ses magasins en France et celui qu'elle avait en Belgique, mais prévoit d'en ouvrir une vingtaine de nouveaux en France dans les quatre ans à venir. «Nous avons gardé tous ceux qu'on pouvait ramener de 1.500 à 800 m2, ce qui nous établit actuellement à 21 magasins. Pour la France, nous estimons nos besoins à 40 magasins, en majorité de 800 m2 et certains d'un nouveau concept à 300 m2«.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc