×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La privatisation de la Poste japonaise sur les rails

Par L'Economiste | Edition N°:2057 Le 05/07/2005 | Partager

. Cette opération sera finalisée en 2007Le projet de loi sur la privatisation de la Poste japonaise, principal projet du mandat du Premier ministre conservateur Junichiro Koizumi, a franchi un cap décisif, le 4 juillet, en étant approuvée par la commission ad hoc de la Chambre des représentants. Ce qui ouvre la voie à son adoption en première lecture. Le projet, qui fait l’objet d’une vive opposition au sein même du Parti libéral démocrate (PLD, droite) au pouvoir, pourrait être voté dès aujourd’hui 5 juillet par les députés, avant le départ de Koizumi pour le sommet du G8 en Ecosse. Il devra encore être examiné, ultérieurement, par le Sénat. Selon un sondage publié fin juin, 72% des Japonais sont contre la privatisation de la Poste, considérée comme la première institution financière du monde et qui gère quelque 355.000 milliards de yens (2.550 milliards d’euros) d’épargne et d’assurance-vie. Nombre de dirigeants du PLD sont également hostiles à la privatisation en raison du poids politique que représentent les 270.000 fonctionnaires de la Poste et de leur capacité de mobilisation dans l’électorat traditionnel du PLD. Pour restaurer la discipline dans ses rangs, le parti a menacé de punir ses députés qui ne voteraient pas en faveur de la loi en refusant de leur accorder l’investiture lors des prochaines élections législatives prévues en 2007. Le parti de Koizumi a aussi remplacé à la hâte, vendredi dernier, 8 de ses 23 représentants à la commission ad hoc de la Chambre basse, qui menaçaient de bloquer l’envoi du projet en séance plénière. A partir du 1er avril 2007, la Poste devrait être divisée en quatre entités (épargne, assurance-vie, courrier et administration du réseau de bureaux) coiffées par une maison mère détenue à 100% par l’Etat, qui cédera progressivement ses parts au secteur privé. A l’échéance 2017, la Poste devrait être totalement privatisée. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc