×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

La première audience de l'affaire Zarrouk-Laraki fut brève

Par L'Economiste | Edition N°:14 Le 30/01/1992 | Partager


LA première audience consacrée à l'affaire opposant les deux associés de l'Omnium Marocain de Pêche s'est tenue le 27 Janvier au Tribunal de Première Instance de Casa-Anfa. Elle n'aura duré qu'une demi-heure. Suite aux requêtes présentées par le prévenu et par le ministère public, le juge chargé de cette affaire a fixé la date de la prochaine audience au 19 Février à 10 heures.
En effet, M. Mohamed Laraki, Président-Délégué de l'Omnium contrôlant 50% du capital de la société, a sollicité lors de cette audience un délai de quatre semaines pour prendre connaissance du dossier qui lui paraissait «en l'état volumineux» et pour constituer «ses avocats».
M. Laraki était présent à cette première audience en qualité de prévenu suite à l'enquête préliminaire de la police judiciaire ordonnée par M. Bargach, Procureur de Sa Majesé le Roi près le tribunal de première instance de Casa-Anfa.
Me Teber, avocat de la partie civile (groupe Zarrouk) a insisté auprès du juge pour que le report n'excède pas une ou deux semaines. Il a également souligné «qu'en raison de la gravité de l'affaire, les délais ne doivent pas être trop longs et que les personnes ayant été auditionnées par la police judiciaire lors de l'enquête dépêchée relativement à cette affaire soient entendues pour la prochaine audience en qualité de témoins».

Le ministère public a également demandé au tribunal un délai pour la convocation des témoins.
Le juge a en définitive accordé souverainement un délai de trois semaines.
Suite à la plainte déposée le 15 Juillet 1991 aux motifs d'abus de confiance, d'abus de bien sociaux ainsi que faux et usage de faux par le plaigant (Me Teber pour son client M. H. Zarrouk), M. Laraki
a été cité à comparaître en qualité de prévenu. D'après les éléments du dossier et notamment les déclarations de certains proches collaborateurs de M. Laraki il semblerait que l'abus de confiance et de biens sociaux de l'OMP auraient pu être commis par l'intermédiaire d'une société panaméenne (Compania Espanola de Inverciones y Financiaciones» S.A.) ayant une antenne à Madrid domiciliée, comme c'est l'usage pour ces sociétés, chez un avocat. Certaines déclarations font état notamment de l'existence de comptes secrets ouverts à Las Palmas au nom de l'OMP et qui auraient servis au détournement de sommes importantes via cette société panaméenne.

Le faux et l'usage de faux porteraient, selon les plaignants, d'une part sur l'établissement de fausses factures utilisées pour rapatrier au Maroc une partie des sommes des ventes réalisées sur le marché international du poisson à Las Palmas et d'autre part, sur une lettre datée du 11 Juin 1986 imputée à M. Hassan Zarrouk. Cette lettre aurait servi à transférer la créance que détenait M. Hassan Zarrouk sur son associé, M. Mohamed Laraki, à la société panaméenne C.E.I.F. Créance née, selon les propos de M. Zarrouk, à l'occasion d'un prêt consenti à M. Laraki pour financer sa quote part dans le capital social d'OMP.
A l'issue de l'audience, Me Teber a rappelé à la presse les poursuites à l'encontre de M. Laraki et a cité les articles du code pénal sur lesquels il soutiendrait sa cause.
Les articles 351, 357 et 359 sont relatifs aux faux en écritures privées et commerciales. Les peines encourues lorsque ces faux sont établis vont de un à cinq ans pour l'emprisonnement et d'une amende de 250 à 20.000,00 DH.
Les articles 525, 547, 548 et 549 traitent du détournement de fonds et de l'abus de confiance. Là aussi les peines d'emprisonnement encourues vont de un à trois ans et l'amende de 200 à 2.000 DH.

Naîma HADER.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc