×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    La pollution nuit au fonctionnement du cerveau

    Par L'Economiste | Edition N°:756 Le 27/04/2000 | Partager

    . Selon l'enquête d'un chercheur britannique, des polluants comme le plomb, les dioxines ou les radiations affectent directement cet organe

    . L'appauvrissement des sols cultivés en minéraux constitue une menace supplémentaire


    Il y a tout juste quelques semaines, un chercheur démontrait pour la première fois que la pollution empêche la pluie de tomber. Il a fait remarquer, preuves à l'appui, que les nuages pollués se dissipent avant que leur eau ne se soit condensée. Aujourd'hui, un chercheur britannique sonne l'alarme en attestant que l'effet cumulatif des divers polluants nuit au fonctionnement du cerveau. De plus, avance-t-il, l'impact du phénomène à travers le monde serait bien plus important qu'on ne le croit. Voici une nouvelle raison pour tenter de trouver des solutions urgentes à ce fléau.
    Selon Chris Williams, de l'Université de Londres, des polluants comme le plomb, les dioxines ou les radiations affectent directement le cerveau. L'impact de ces composés sur l'organisme humain était soupçonné depuis longtemps mais aucune étude ne s'y est spécifiquement attaquée. Par ailleurs, ce chercheur estime que l'appauvrissement des sols cultivés, qui a pour conséquence des récoltes moins riches en minéraux, constitue une menace supplémentaire. Conséquence: une importante déficience en fer. En Asie, les récoltes modernes à haut rendement de maïs, par exemple, ont de très faibles teneurs en fer. Sur ce continent, estime l'enquête de Chris William, environ 1,5 milliard de personnes souffrent d'une telle déficience, aggravée par l'appauvrissement des terres arables. Les dégâts causés par le manque d'iode, qui a des origines comparables, sont encore plus frappants, essentiellement dans les pays pauvres.
    L'empoisonnement au plomb pour sa part sévit partout. En Grande-Bretagne, un enfant sur dix aurait assez de plomb dans le sang pour nuire à son activité mentale. En Afrique, dans certaines villes, la proportion serait de neuf enfants sur dix. Le problème est aggravé par la déficience en fer, qui facilite l'absorption du plomb par l'organisme. Le Canada, réputé être l'un des pays les plus à la pointe en matière de protection de l'environnement, n'échappe pas à la règle. Dans ce pays, des habitants connaissent l'empoisonnement aux dioxines. Ces produits, venus des tropiques, atteindraient le cercle polaire moins d'une semaine après leur émission.

    Abdelaziz MEFTAH (Cybersciences)

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc