×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Marchés Financiers

    La politique dans les familles

    Par L'Economiste | Edition N°:619 Le 19/10/1999 | Partager


    Quand une famille ou une personne vit un problème, mais que ce dernier est aussi celui de milliers de familles, alors ce problème personnel a un impact politique. Et les partis y ont leur mot à dire. Sinon ils risquent d'être marginalisés et de laisser le terrain libre, un terrain d'interrogations, voire d'inquiétudes, à d'autres formations plus dynamiques pour répondre aux demandes des gens. C'est là une évidente platitude.
    Or, "le plus formidable des changements que vit le Maroc", selon le mot de M. Abdelhaq Bennani, PDG de Wafabank, c'est l'entrée dans le monde, entrée que formalise l'accord d'association avec l'Union Européenne.
    L'entrée dans le monde, c'est aussi une évolution rapide de certaines valeurs de références que les parents ont la charge d'enseigner à leurs enfants. Certaines valeurs, comme la foi religieuse ou le respect des lois, restent stables et ne posent donc pas de problèmes. D'autres doivent être aménagées. Il s'agit par exemple du rapport entre garçons et filles qu'il faut réviser dans le sens de l'égalité des droits ou du respect envers les pères qu'il faut aménager avec le droit (le devoir?) d'objection des enfants. La situation classique, qui se produit très souvent dans chaque famille, est celle du père émettant un avis fantaisiste sur tel ou tel sportif, alors que la globalisation par les paraboles de télévision a donné au fils une connaissance approfondie de ce sportif. Si le fils laisse passer l'erreur et se tait, sera-t-il plus tard un homme capable d'objection donc d'initiatives? S'il relève l'erreur, ne va-t-il pas croire qu'il surpasse son père et ce dernier ne va-t-il pas se sentir diminué? Faut-il que le père pour garder son statut sache tout, y compris ce qui ne l'intéresse pas comme la vie des sportifs à la mode? Faut-il interdire au fils des savoirs qui ne sont pas ceux de son père? Faut-il résoudre le problème en ne le posant pas, c'est-à-dire en laissant le silence s'installer définitivement entre père et fils? La compétence éducative des femmes est ici mise à rude épreuve!
    Pour leur part, les partis politiques sont des producteurs d'idéologies, d'explications du monde et de projets de société. C'est à eux, naturellement, qu'il revient de trier les valeurs qui ont vieilli, de les reformater aux nécessités de l'époque et de leur préparer un avenir, sachant évidemment que ces valeurs vont passer pour l'essentiel par le canal des mères.

    Nadia SALAH



    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc