×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    La pluie s'installe, mais trop tard pour la céréaliculture

    Par L'Economiste | Edition N°:738 Le 03/04/2000 | Partager

    . D'après les prévisions météorologiques, les précipitations devraient durer
    au moins jusqu'à la fin de la semaine


    "C'est une pluie qui ne sert qu'à engraisser les serpents". Peu optimiste, Mfadel, petit agriculteur de la région de Benslimane, voit d'un oeil sceptique les trombes d'eau qui s'abattent depuis le week-end. Pour lui, la campagne agricole 1999/2000 est irrémédiablement perdue. Son champ de blé, si vert et si beau en décembre, n'est plus qu'une tâche jaunie et brûlée par le soleil, qui ne donnera rien à la moisson. D'ailleurs, il en est tellement sûr qu'il a déjà mis ses vaches à brouter dans les champs pour ne pas avoir à acheter de fourrage supplémentaire.
    Comme Mfadel, les céréaliculteurs restent quelque peu indifférents aux pluies de ces derniers jours car le pire est déjà arrivé.
    En revanche, pour des milliers d'éleveurs, l'arrivée des pluies sauve la mise. Ces précipitations permettront au moins au cheptel de boire à sa soif car la situation devenait critique dans plusieurs régions, dans l'Oriental notamment.
    Pour plusieurs régions, ce sera une pluie salvatrice car elle les tire d'une perspective de grave déficit d'eau potable même pour les personnes. Les précipitations permettront non seulement de remettre à flot les barrages, mais aussi d'alimenter les nappes phréatiques épuisées par un pompage ininterrompu.
    Ainsi, au 27 mars 2000, les retenues globales des barrages n'étaient que de 6,06 milliards de mètres cubes, soit près de 43,3% des capacités de stockage existantes. Une année auparavant à la même date, elles étaient de 61%, indique la Direction de l'Hydraulique au Ministère de l'Equipement.
    C'est dire donc toute l'importance de ces précipitations pour tous les périmètres irrigués à partir des barrages.
    Aujourd'hui, toute la question est de savoir combien de temps ces pluies continueront-elles? Pour l'instant, les turbulences chargées d'eau s'installent pour un bon moment, selon les prévisions de la Direction de la Météorologie nationale.
    La situation climatique devrait traverser une légère accalmie à partir de ce soir, mardi 4 avril. Cependant, les pluies recouvreront leur ardeur avant le week-end. Ce qui est quand même une bonne nouvelle pour le milieu agricole, d'autant plus que les bienfaits du ciel interviennent de manière assez généralisée sur l'ensemble du territoire. Des pics pluviométriques ont été atteints, à Agadir par exemple, où pour la seule journée du dimanche 2 avril, il y a eu pas moins de 41 millimètres.

    Ghassan KHABER





    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc