×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    La nouvelle console de Sega, la Dreamcast, au Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:636 Le 11/11/1999 | Partager



    · La console fétiche de Sega est désormais sur le marché à 3.999 DH
    ·A partir de janvier 2000, les internautes pourront affronter des adversaires partout dans le monde


    Bonne nouvelle pour les accros des jeux vidéo. Sega dégaine avec sa toute dernière console, la Dreamcast. Lancée en Europe en septembre, elle est commercialisée au Maroc depuis la semaine dernière.
    C'est la société Benfa(1), spécialisée dans l'importation de produits audiovisuels, qui en détient l'exclusivité sur l'ensemble du pays. Pour la commercialisation de la Dreamcast, Benfa a opté dans un premier temps pour le circuit des grandes surfaces. Ensuite, ce sera au tour des magasins de l'électronique. La société vient d'ailleurs de signer un accord de partenariat avec Philips. "Ce qui nous permettra de bénéficier de son implantation et de couvrir un grand nombre de points de vente à travers le Maroc", explique Mme Hind Bennis, responsable Marketing et du Département Sega de la société Benfa.
    Avec sa Dreamcast, Sega affronte ainsi ses grands concurrents que sont Sony et Nintendo. Ces trois samouraïs des video-games verrouillent un marché mondial en pleine explosion.
    Au Maroc, ce créneau est encore "jeune mais appelé à croître", selon l'expression de M. Tarik Bennis, directeur général de Benfa. Car le clan des enragés du "joys-tick" (commande manuelle) commence à s'élargir.
    Dès son lancement, la console Dreamcast a été vendue à plus d'un million d'exemplaires au Japon en quatre mois. En Europe, à fin novembre près de 185.000 consoles ont été écoulées en trois jours (soit un chiffre d'affaires de 520 millions de Francs), auxquels s'ajoutent 350.000 jeux vidéo et 280.000 accessoires.
    Pour revenir en force, après la déconfiture de son dernier jeu Saturn, Sega a cassé sa tirelire et déboursé environ 580 millions de Dollars, dont 100 millions pour la promotion et le marketing et 80 millions pour la console.
    Sega s'est de plus allié à un grand partenaire et pas des moindres. Microsoft est venu en effet apporter à son compère son savoir-faire et le soutien des éditeurs impliqués dans le monde du PC. Il s'agit certainement de l'incursion la plus significative du géant américain dans le monde du jeu vidéo.
    Sur le marché marocain, la console fétiche de Séga sera commercialisée au prix de 3.999 DH, "dôtée d'une grande puissance" et d'images en trois dimensions. En avril prochain, plus de 60 jeux seront disponibles.
    La Dreamcast fait encore mieux: ce sera la première console de jeu à offrir des possibilités Internet, affirme le patron de Benfa. Le modem intégré de 56 k permettra au système de fonctionner en réseau, donnant la possibilité aux internautes de se connecter et de pouvoir affronter en line des adversaires partout dans le monde, mais aussi d'envoyer des messages électroniques et de naviguer sur le Web. D'ailleurs, Sega a prévu des numéros verts pour se connecter afin d'éviter de passer par un provider. La connexion pourra s'effectuer à partir de janvier 2000.

    Meriem OUDGHIRI

    (1) Cf L'Economiste du 26 décembre 1996.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc