×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    La mondialisation des taux d’intérêt
    Par J. Bradford DeLong

    Par L'Economiste | Edition N°:2296 Le 13/06/2006 | Partager

    J. Bradford DeLong, qui enseigne l’économie à l’Université de Californie  Berkeley, fut l’assistant du secrétaire au Trésor américain du gouvernement Clinton. Les lecteurs de L’Economiste ont sans doute remarqué un de ses articles «Pourquoi je me suis trompé pendant 21 ans» (L’Economiste du 9 août 2005; www.leconomiste.com) où DeLong analyse et reconnaît les erreurs de la recherche économique des années 80 et 90. L’auteur a un site web où l’on peut accéder gratuitement à ses plus importantes recherches, ainsi que discuter ses théories: www.j-bradford-delong.net (Ph. J. B. D.)Ben Bernanke, président de la Federal Reserve et ancien président du Conseil économique du président Bush, aime à parler d’une “surabondance mondiale de l’épargne”, qui aurait produit des taux d’intérêt incroyablement bas dans le monde entier. Ce n’est pas voir les choses sous le bon angle. . Il manque de l’épargne…L’Amérique n’a sûrement pas de surabondance d’épargne. Son taux d’épargne a été désespérément bas pendant des décennies. Ensuite, l’insouciante politique fiscale de l’administration Bush l’a fait diminuer davantage. La chute des taux d’intérêt de ces dernières années a provoqué une augmentation des prix de l’immobilier et permis aux membres de la frange haute de la classe moyenne américaine de traiter leurs maisons comme d’énormes distributeurs de billets, diminuant l’épargne encore davantage. L’Amérique possède un déficit d’épargne, pas une surabondance. Et le reste du monde? Une surabondance de l’épargne mondiale suggère que pour rééquilibrer l’économie mondiale, il faut des politiques susceptibles de remonter les taux d’intérêt de l’Amérique et d’augmenter la consommation des ménages non étasuniens. Mais ce que l’économie mondiale est en train d’affronter n’est pas une surabondance de l’épargne, c’est un déficit d’investissement. Cela semble appeler à un ensemble de politiques très varié pour rééquilibrer l’économie mondiale. Certes, les Etats-Unis ont besoin d’augmenter des taxes pour faire sortir le budget fédéral du rouge, et de politiques susceptibles d’augmenter l’épargne privée. Mais le monde a aussi besoin de politiques visant à motiver les investissements en Asie, en Amérique latine, au Moyen-orient et en Afrique.Nous faisons face ici à une difficulté. Les gens comme moi, qui ont encouragé l’intégration internationale en termes de commerce et de finance, ainsi que de réduction des tarifs douaniers et autres barrières, évoquent trois avantages:- Maximiser les contacts économiques, mais aussi sociaux et culturels, entre nations riches et nations pauvres est la meilleure façon de contribuer au flux des connaissances technologiques et logistiques, ce qui est notre dernière chance de connaître un développement mondial rapide.- Abaisser les barrières commerciales rendra la localisation de la production dans les parties pauvres du monde où les salaires sont bas irrésistible à ceux qui ont accès aux finances.- Des flux de capitaux plus libres donneront aux pays pauvres précisément un tel accès, puisque l’appât du gain des investisseurs des pays riches les pousse à s’aventurer dans des régions pauvres où les capitaux se font rares. Le premier point reste vrai. Maximiser le contact économique, social et culturel entre riches et pauvres reste la meilleure manière à la fois de contribuer aux flux de connaissances et le dernier espoir d’un développement mondial rapide. Mais les deuxième et troisième points sont sérieusement ébranlés. Ceux qui ont accès aux finances semblent tout à fait capables de résister à la tentation de délocaliser la production dans des parties pauvres du monde où les salaires sont bas (Chine mise à part). Plutôt que de pousser les épargnants des pays riches à investir leur argent dans les pays pauvres par appât du gain, la libéralisation des flux de capitaux a poussé les épargnants des pays pauvres à investir leur argent dans les pays riches par peur: peur de l’instabilité politique, de troubles macroéconomiques, et d’institutions déficientes (surtout celles qui protègent les droits des propriétaires de bons du Trésor et les actionnaires minoritaires).. Le glas sonne pour l’AmériqueIl pourrait bien se produire au cours des prochaines années un événement qui fera monter en flèche les taux d’épargne américains en donnant aux ménages étasuniens l’impression soudaine qu’ils sont devenus pauvres: une augmentation des impôts, un crash immobilier, une augmentation rapide des prix des importations, causée par une brusque chute du dollar, une profonde récession, ou plusieurs de ces épisodes à la fois. Il est doux de penser que lorsque la marée des titres en dollars descendra, les flux des finances dirigés directement vers l’Amérique changeront doucement de cap et viendront augmenter les investissements en Asie. Il ne faut pas y compter, surtout lorsqu’on voit la part des investissements marginaux en Asie destinée, d’une façon ou d’une autre, à l’export vers le marché américain. Hors de l’Amérique, et surtout en Asie, les gens devraient considérer l’instabilité de la situation macroéconomique américaine avec inquiétude. Comme le disait le poète du XVIIe siècle John Donne: “Ne demande pas pour qui sonne le glas: il sonne pour toi”.


    Déficit d’investissements en Asie

    Divisez le monde en trois zones: les Etats-Unis, la Chine et tout le reste. Depuis le milieu des années 90, le surplus net du compte courant de “tout le reste” a augmenté d’un montant qu’un économiste de la Réserve fédérale américaine a estimé à 450 milliards de dollars par an, non pas parce que les taux d’épargne ont augmenté, mais parce que les taux d’investissement ont chuté. Le déclin des taux d’investissement au Japon, dans les économies asiatiques nouvellement industrialisées et en Amérique latine, dans cet ordre d’importance, a alimenté les flots d’épargne en bons du Trésor, les titres hypothécaires américains et les prêts sur actions américains -l’équivalent en compte de capital de l’énorme déficit commercial de l’Amérique.Le déficit d’investissements en Asie relatif aux taux d’il y a dix ans se monte à un manque annuel de 400 milliards de dollars par an, et le déclin des investissements au Japon, conséquence de plus de dix ans de stagnation économique, compte pour plus de la moitié du total. En outre, les taux d’investissement des économies asiatiques nouvellement industrialisées n’ont jamais retrouvé leurs niveaux d’avant la crise de 1997-1998, et les taux d’investissement dans le reste de l’Asie en dehors de la Chine ont chuté aussi.Copyright: Project Syndicate, 2005Traduit de l’anglais par Bérengère Viennot

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc