×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

La messagerie électronique, alternative aux téléphone, télex et fax

Par L'Economiste | Edition N°:155 Le 24/11/1994 | Partager

L'information s'affirme comme une variable fondamentale pour la survie de l'entreprise. Bon marché et facile à utiliser, la messagerie électronique accroît la flexibilité de l'entreprise, mais également sa compétitivité, en comprimant ses coûts de télécommunications.

Le principe de messageries électroniques consiste pour 2 correspondants à s'envoyer mutuellement des messages par l'intermédiaire d'un réseau d'ordinateurs unis par des lignes téléphoniques normales ou spécialisées, des fibres optiques ou par faisceaux hertziens, etc...

L'objet des messages peut être aussi divers que varié: les comptes rendus des réunions, l'agenda journalier ou mensuel de l'état-major de la société, le suivi des commandes en temps réel, les cotations boursières, la revue de la presse internationale, etc...

Par messagerie électronique, l'entreprise peut également accéder au réseau des grands producteurs mondiaux de bases de données et y obtenir des informations utiles.

Au Maroc, la messagerie est appliquée dans les grandes entreprises, surtout multinationales, et pour certaines d'entre elles, depuis une dizaine d'années déjà - à l'image de Goodyear qui est très avancé dans le domaine. Les banques marocaines recourent également à ce mode de communication qui s'affirme par sa commodité dans le transfert de l'information et les gains de coûts de télécommunications.

A la Banque Centrale Populaire par exemple, les cadres de la direction générale communiquent par messagerie électronique depuis 1988, indique M. Abdelilah Benmalek, directeur central adjoint de l'informatique. Ceci étant, le système demeure encore assez peu répandu dans les entreprises marocaines. On le remarque, note M. Abdelilah Baghdadi, de la direction de l'informatique chez Goodyear, à l'occasion des manifestations: "le sujet est évoqué comme si c'était quelque chose qui tombait du ciel, ou de très récent".

Dépenses de téléphone en baisse

Goodyear Maroc utilise la messagerie électronique depuis 1985. Ce mode de communication lui permet de gérer les relations avec ses distributeurs ainsi que les cadres de la maison mère et les différentes filiales Goodyear à travers le monde. Selon M. Abdelilah Baghdadi, les gains directs réalisés par l'introduction de la messagerie électronique sont substantiels. Les frais de téléphone, fax et télex ont nettement baissé. En plus, "la simplification du travail qu'elle procure est sans commune mesure avec le coût d'investissement: à la rigueur, on ferait même abstraction de celui-ci", renchérit-il.

Le recours à la messagerie électronique dans l'entreprise implique la disponibilité d'un personnel qualifié, apte à l'utiliser. D'où la nécessité d'assurer une formation-initiation à l'utilisateur du support de transport de l'information (logiciels, langage informatique, anglais, etc...).

La messagerie électronique nécessite également une infrastructure en télécommunications assez fiable. La structure téléphonique ne fournit pas seulement les bases de la messagerie électronique, mais elle en permet aussi l'extension du réseau.

Au Maroc, la modernisation des P et T entamée depuis les années quatre-vingts a incontestablement facilité l'apparition et la croissance de la messagerie électronique.

Par ailleurs, les services des messageries électroniques sont soumis à une innovation rapide. Ses premières formes ou "E-mail" se limitaient à l'envoi de messages. Aujourd'hui, la variété de ces services serait indescriptible (données boursières, calendrier des foires et autres manifestations promotionnelles, etc...). Longtemps considérée comme un service primaire du réseau de communications, la messagerie électronique a vu s'étendre ses capacités à l'envoi des journaux électroniques et à l'établissement de conférences en ligne qui sont archivées de façon brute.

La généralisation à terme de la messagerie électronique ne manquerait pas de soulever des problèmes juridiques, notamment ceux relatifs à la preuve. Les participants à la journée d'information organisée le 4 novembre à Casablanca par l'association des utilisateurs de l'informatique au Maroc s'en sont d'ailleurs fait l'écho.

La définition d'un cadre juridique de cette dématérialisation de l'information constitue un nouveau défi pour le législateur.

A.S.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc