×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Affaires

La Marocaine-Vie renoue avec les bénéfices

Par L'Economiste | Edition N°:1971 Le 04/03/2005 | Partager

. Résultat net de 16,2 mil-lions de DH après un déficit de 151 millions en 2003. Pas de distribution de dividendesC’est tout sourire que les responsables de La Marocaine-Vie ont présenté les résultats 2004 mercredi 2 mars. Ainsi, après des années de crise, l’assureur sort la tête de l’eau et renoue avec les bénéfices. Une surprise pour le microcosme financier, vu le pessimisme affiché par le management de la compagnie lors de la présentation des résultats semestriels 2004 (cf. L’Economiste du 8 octobre 2004). A l’époque, Jean-Marie Stein, PDG de La Marocaine-Vie, avait qualifié la situation de préoccupante “pour ne pas dire autre chose”. Il avait même ajouté qu’il ne s’attendait pas à un miracle. “Cette année, nous ne nous attendons pas à un miracle”. Mais le miracle a eu lieu et la compagnie a clôturé 2004 avec un résultat net en forte hausse. Il s’est en effet établi à 16,2 millions de DH contre un déficit de 151 millions en 2003. Le rythme de production, rapporté aux engagements, reste très soutenu. Celui des prestations et sinistres se maintient au niveau 2003. La bancassurance enregistre de bonnes performances commerciales bien que de moindre ampleur qu’en 2003. “Elle reste le principal contributeur à la progression des engagements”, explique Taoufik Benjelloun, directeur général adjoint, pôle Finances et Technique. Elle s’est en effet améliorée de 11,6%, s’établissant à 2,056 millions de DH.Par ailleurs, la marge d’exploitation revient à l’équilibre passant de -11,1 à 0,3 million de DH, grâce notamment à l’augmentation des produits d’exploitation et la maîtrise des frais généraux (-7 millions de DH). La compagnie peut se targuer également d’avoir assaini sa situation financière. La structure des actifs est, en effet, plus solide du fait de la collecte nette et de l’augmentation de capital (220 millions de DH).La marge financière a pu être maintenue au même niveau de 2003 et ce en dépit de la progression des intérêts servis aux clients (12,6 millions de DH en 2004, contre 12,7 millions). De son côté, le résultat brut d’exploitation s’inscrit en hausse de 704,6% à 12,9 millions de DH. Les actionnaires devront toutefois attendre un autre exercice avant de pouvoir toucher un dividende. “Si nous n’en distribuons pas cette année c’est par mesure de prudence”, explique Stein. Quoi de plus normal, ajoute-t-il, après une longue traversée du désert. Les perspectives 2005 sont prometteuses. Les responsables comptent reprendre la production en clientèle individuelle. Le développement des synergies avec la SGMB en clientèle entreprise est également prévu.Fédoua TOUNASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc