×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    La Marocaine Vie reformule sa politique commerciale

    Par L'Economiste | Edition N°:178 Le 04/05/1995 | Partager

    Surtout ne pas se mêler d'autre chose que de l'assurance vie; tant pis si l'on reste petit, au moins on est solide. Sage philosophie du trio Aouzal-Benkirane-Kettani qui, en 1978, avait fondé la Marocaine Vie. Mais dans un marché qui s'assainit doucement, celle-ci révise sa politique commerciale.


    La date de naissance n'est pourtant pas flatteuse, comme ces années blanches de l'Université, où les diplômes sont bradés. Pour le secteur des assurances, la fin des années 70 et le début des années 80 sont l'époque des agréments donnés. Difficile de se défaire de cette marque originelle, même si dans le milieu professionnel, M. Mohammed Aouzal bénéficie d'une réputation suffisamment bonne pour avoir été coopté dans le groupe des six compagnies (le "G6") désirant redresser le marché de l'intérieur.
    La Marocaine Vie était sortie de son quasi-anonymat en 1991-92, avec la première campagne de publicité sur les produits d'assurance-maladie. Il s'agissait de "Médical Plus", une complémentaire maladie.
    La campagne de communication restera dans la petite histoire de l'assurance comme dans celle de la publicité. Il avait en effet fallu concilier des contraintes lourdes: délivrer un message précis, conforme aux exigences des métiers de l'assurance tout en restant accessible au public, lequel n'avait pas de culture en matière d'assurance. La campagne avait été conduite par l'agence Shem's Publicité.
    Installée aujourd'hui dans les locaux conçus par l'architecte Aziz Lazrak, sur l'avenue Moulay Youssef à Casablanca, la compagnie est en train d'occuper progressivement son espace. Il était trop grand pour elle au départ et il lui reste aujourd'hui des espaces sous-employés. Contrairement aux activités industrielles, la propriété d'un siège n'est pas un péché de gestion dans le bilan d'une compagnie d'assurances.

    La Marocaine Vie est une toute petite compagnie par rapport aux autres: elle a moins de 2% du marché, lequel se calcule par la somme des primes encaissées. Elle travaille uniquement sur les assurances de personnes en étant très prudente sur le risque maladie de base.
    "Nos ratios de solvabilité sont dans les normes européennes", indique M. Hamza Kettani, qui regrette beaucoup que "le Maroc traîne encore pour introduire les marges de solvabilité dans le secteur des assurances". Il y voit même un "moyen tout simple de résoudre techniquement le problème des compagnies en difficulté".
    "De toute façon le climat de l'assurance finira bien par s'éclaircir", estiment MM. Mohamed Aouzal et Ahmed Benkirane, c'était donc le moment de repenser la politique commerciale.
    Cette politique se développe sur deux axes: en "arrière boutique" la qualité, et en "front office" l'équipe commerciale.

    "Nous avons choisi depuis longtemps de recruter nos commerciaux parmi les diplômés de l'enseignement supérieur, et la politique de formation est systématique", souligne Mme Latifa Temsamani qui fait partie de la maison depuis sa création et qui dirige les équipes commerciales. Aux cinq semaines de formation intensive à l'entrée s'ajoutent les réunions hebdomadaires et mensuelles. Mais elle rappelle qu'il "faut avoir une stratégie de création de produits" tout en refusant de dévoiler ses fonds de dossiers. L'accentuation des actions de formation va avec la création du réseau-qualité piloté par Mme Kettani. Géographiquement, le coeur opérationnel du réseau qualité est placé au même étage que la force de vente, à peine séparés par un couloir vitré. Le réseau fonctionne en parallèle des autres organes de la maison et remonte directement, au moins une fois par semaine, jusqu'à l'état-major. La "vieille qualité" se fait par les appels téléphoniques des clients, d'abord pour résoudre rapidement le problème posé, mais aussi et surtout pour identifier les dysfonctionnements. La compagnie vient d'installer un numéro vert (appel gratuit) pour ses clients.

    Nadia SALAH.

    Carte de visite

    Le capital social est de 12 millions de DH. Il est partagé aujourd'hui entre MM. Hamza Kettani, Ahmed Benkirane et Mohamed Aouzal, qui détiennent à eux trois la moitié des parts, la Banque Commerciale du Maroc (1O%) , la Mutuelle du Mans (34%), la SNA-Re (compagnie arabe, 11%) et la Compagnie Suisse de Réassurance qui a 5%.
    La compagnie a réalisé en 1994 un chiffre d'affaires de 160 millions de DH dont 130 en primes d'assurances. Elle emploie 127 personnes, dont une vingtaine de cadres. 40% de son personnel a une formation universitaire.
    Ces placements sont classiques, bien qu'il faille noter de petites percées sur la construction de locaux industriels mis en location, et une participation à hauteur de 10% et aux côtés de Al Wataniya dans la société de bourse créée par l'ancien ministre des Finances, M. M'Hamed Sagou, MSI.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc