×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    La Marocaine-Vie: Nette hausse des résultats financiers mais dégradation des marges techniques

    Par L'Economiste | Edition N°:486 Le 15/04/1999 | Partager

    · La part de marché en assurance de personnes se maintient à 3,5%
    · Les produits financiers dopent les résultats


    La Marocaine-Vie a réalisé en 1998 un bénéfice net de 11,8 millions de DH contre 4,4 millions, soit une progression de 165%. Ces chiffres, rendus publics au cours d'un point de presse jeudi 15 avril confirment encore une fois la tendance qui caractérise depuis quelques années le marché de l'assurance. A savoir que les compagnies doivent leurs performances à leurs résultats financiers et non techniques.
    La lecture des comptes de la société, qui ont été présentés selon le plan comptable spécifique aux assurances (et en attendant les autres états financiers qui seront arrêtés fin mai), montre une progression des primes en vie (13,6%), mais laissent par contre ressortir une dégradation (-27,6%) de la marge technique. Cette régression est attribuée aux régularisations de comptes auxquelles la compagnie a dû procéder auprès des intermédiaires. Les résultats de la gestion financière nets (50 millions de DH en 1998 contre 34,8 millions en 1997) permettent toutefois d'en atténuer l'effet. La compagnie affiche in fine un résultat vie de l'ordre de 24,9 millions de DH (70,6%). Même tendance en non-vie où la marge technique affiche un recul de 121%. L'effet de la gestion financière est ici moins marqué. Le résultat non-vie reste déficitaire
    (-6,5 millions de DH contre -6,4 millions en 1997).
    A signaler que la compagnie intègre dans le compte technique vie ce qui est typiquement produits à base d'épargne, alors que la non-vie correspond à ceux qui ne font pas appel aux réserves
    mathématiques et, par conséquent, ne garantissent pas le versement de capital (maladie ou hospitalisation par exemple).
    Le chiffre d'affaires a atteint 145 millions de DH contre 126,1 millions en 1997 (15%). A noter que, pour l'ensemble du marché, le chiffre d'affaires des assurances de personnes a progressé en 1998 de 13,11% pour atteindre 4,1 milliards de DH (voir notre édition d'hier en pages 4 et 5). La part de marché de la compagnie reste cependant assez faible: 1,6% environ, toutes branches confondues, et 3,5% si l'on ne tient compte que des assurances de personnes, marché de prédilection de la compagnie.
    Pour l'année 1999, La Marocaine-Vie, qui affiche la force de vente la plus importante du secteur (une centaine de commerciaux), s'attend à ce que le rythme de progression des affaires nouvelles atteigne près de 35%. En tout cas, les deux premiers mois de l'année se présentent sous les meilleurs auspices: +60%.

    Mohamed BENABID





    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc