×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

La Marocaine-Vie: L'activité boostée par la bancassurance

Par L'Economiste | Edition N°:1517 Le 13/05/2003 | Partager

. Le chiffre d'affaires explose. Mais le résultat net est toujours déficitaireLes effets de l'adossement de La Marocaine-Vie à la Société Générale commencent à se faire sentir. «Le chiffre d'affaires de la compagnie d'assurances a presque doublé à fin 2002, évoluant de 219 millions de DH en 2001 à 559 millions, dopé par la bancassurance«, a indiqué le management de la compagnie d'assurances lors de la présentation des résultats 2002 hier. Les primes émises à fin décembre 2002 ont atteint 475 millions de DH alors que les produits de placement n'ont pas dépassé 83 millions de DH. Cette hausse est essentiellement attribuée à l'activité de bancassurance. Le résultat net de la compagnie s'améliore par rapport à 2001 mais reste toujours dans le rouge. Il passe d'une perte de 119,6 millions de DH à 53 millions en 2002. Deux ans après la prise de contrôle de La Marocaine-Vie par le Groupe Société Générale, à travers Sogecap, le management a entrepris une restructuration importante des actifs gérés. Ce qui a permis le redressement des produits financiers encaissés et le redressement du résultat brut d'exploitation. Celui-ci est passé de -84,2 millions de DH en 2001 à -20,9 millions à fin 2002. Autre fait important qui a marqué l'exercice précédent, le renforcement des règles prudentielles induisant la constitution d'une importante provision pour aléa financier. Pour 2003, la compagnie d'assurances est revenue au mode de gouvernance de SA à conseil d'administration. Celui-ci a été entériné par l'AGE du 27 février prochain. Le management avait pris conscience que la formule du directoire n'était plus efficiente et n'était plus adaptée à la situation spécifique de La Marocaine-Vie. «Des décisions devaient être prises rapidement et le directoire n'avait pas suffisamment de pouvoir ou de liberté de manoeuvre pour agir aussi vite«, est-il souligné auprès de la compagnie (www.leconomiste.com). Il a donc été décidé de revenir à une structure plus directe avec un président du conseil d'administration qui représente effectivement les actionnaires et qui exercerait ses fonctions de président-directeur général plus rationnellement.Rappelons que la société a procédé récemment à une augmentation de capital de l'ordre de 150 millions de DH, ce qui permettra de redresser la situation financière de la compagnie. Fédoua TOUNASSI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc