×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    La Lydec investit 10 MDH dans le "vert"

    Par L'Economiste | Edition N°:443 Le 15/02/1999 | Partager

    La Lyonnaise des Eaux de Casablanca (Lydec) a choisi de mettre l'environnement au centre de sa communication. D'où le parrainage de l'émission Dounya diffusée sur 2M en attendant d'autres partenariats.

    Désormais, la communication de la Lydec s'articulera autour de l'environnement. Le choix de ce thème n'est pas gratuit. En effet, le concessionnaire français en charge de l'assainissement de la métropole a hérité de l'ancienne Régie d'un lourd passif en termes d'image auprès des consommateurs. Une situation qui s'est amplifiée dernièrement avec la multiplication des réclamations après le passage à la facture mensuelle. La formule, qui n'est toujours pas assimilée, a désorienté plusieurs ménages.
    La politique de communication du concessionnaire cible quatre publics prioritaires: les pouvoirs publics, les prescripteurs, les collaborateurs internes et les consommateurs.
    Au niveau de la communication destinée aux consommateurs, la Lydec réfléchit avec le soutien de son agence conseil Mosaïk sur la meilleure forme de communiquer son engagement dans la protection de l'environnement.
    La première opération est le parrainage de "Dounya", l'émission de 2M de vulgarisation et de sensibilisation à la protection de la nature.
    L'objectif est de "tisser des liens de proximité avec ses clients". La durée du parrainage est limitée à six mois.
    Afin d'enrichir le contenu de l'émission, la Lydec compte mettre en place un comité de réflexion réunissant des journalistes et d'autres spécialistes. L'objectif est de garder l'autonomie et la crédibilité de l'émission tout en travaillant sur l'évolution des comportements vis-à-vis de l'environnement. En effet, l'une des actions de la Lydec est de faire évoluer les attitudes de manière à améliorer le confort et la propreté urbains. "Dounya n'est ni un publi-rédactionnel, ni un support publicitaire pour la Lydec. Il s'agit d'un espace citoyen", tient à préciser l'animateur de l'émission, M. Réda Benjelloun. Le programme "vert" de 2M enregistre actuellement 25 à 30% d'audience, indique-t-on auprès de 2M. Un score du probablement à sa proximité avec l'émission "Planète foot". L'ambition des promoteurs de Dounya est de la rendre un lieu de débat franc où des solutions alternatives peuvent voir le jour.Dans la ligne des actions de communication externe, la société a adhéré à la charte "Chantiers propres", lors du Salon de l'Environnement Protech en juin 1998. Cette charte a pour finalité de mettre en place des solutions durables en partenariat avec des architectes et des professionnels du bâtiment. La Lydec annonce qu'elle est ouverte à toute autre forme de partenariat touchant l'environnement.
    En interne, une convention des cadres a été signée en février 1998. L'objectif est de mobiliser les salariés autour d'une stratégie d'avenir. A cet effet, un journal interne est actuellement distribué aux 4.000 collaborateurs. "Les agents sont des relais déterminants dans la sensibilisation et la protection de l'environnement. Ils disposent d'une influence importante sur leur entourage", indique-t-on auprès de la Lydec.
    Pour cerner les attentes des clients, la Lydec a mis en place un panel de 500 foyers questionnés régulièrement. Notons au passage qu'en termes d'image, 81,5%(1) des clients finals estiment être globalement satisfaits des prestations de leur fournisseur. Sur d'éventuelles erreurs de facturation, la Lydec précise qu'il s'agit avant tout de "défectuosité sur les compteurs". Une opération de grande envergure a été menée pour contrôler les compteurs et les remettre à niveau. A fin 1998, le tiers du parc total (300.000 compteurs) a été examiné. Cette action a coûté 28 millions de Dirhams.
    Le concessionnaire français lancera dans les jours qui viennent un audit global sur son image auprès de ses publics.

    Mohamed DOUYEB

    (1) Enquête réalisée par Sunergia de juin 97 à juin 98.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc