×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    La lutte anti-rhumatismale s’intensifie

    Par L'Economiste | Edition N°:3168 Le 11/12/2009 | Partager

    . Consultations ambulatoires régulières dans les quartiers pauvres . Les maladies osseuses et articulaires handicapantes sont nombreusesL’Association marocaine de lutte anti-rhumatismale (AMLAR) intensifie son action. Depuis sa création en 2003, elle touche de plus en plus de malades. A raison d’une fois tous les deux mois, une trentaine de médecins et d’infirmiers membres de l’association se déplacent dans les quartiers défavorisés dans la périphérie de Casablanca, pour offrir des consultations gratuites. «Nos équipes réalisent au préalable des enquêtes sur le terrain en vue de repérer les cas qui nécessitent des consultations en urgence», explique Ouafae Mkinsi, professeur de rhumatologie et chef du service rhumatologie à l’hôpital Ibn Rochd à Casablanca. C’est ainsi que près de 14.000 personnes ont été vues à travers ces campagnes. «Nous distribuons des médicaments et nous transportons à l’hôpital les cas les plus graves», indique encore Mkinsi. Ainsi, des traitements sont fournis par l’association une fois le diagnostic posé grâce à des analyses et des examens d’imagerie que l’association couvre pour les plus démunis. Les maladies osseuses et articulaires handicapantes sont nombreuses. La plus fréquente est la polyarthrite rhumatoïde qui touche 350.000 personnes. L’association va même entamer début 2010 une campagne de sensibilisation sur cette maladie. Parmi les autres rhumatismes inflammatoires chroniques courantes figurent l’ostéoporose féminine, l’arthrose, les maladies tendineuses et infectieuses qui touchent les articulations et les os, ainsi que les maladies métaboliques comme la goutte. «La lombalgie est aussi un mal très fréquent. Ainsi, le mal de dos touche 80% de la population dans le monde», souligne Mkinsi. A travers ces actions, l’association permet aux malades nécessiteux d’accéder aux traitements plus facilement. «Nous aidons des personnes en difficulté à recouvrer leur santé, et souvent leur travail et leur dignité. Par ailleurs, nous contribuons à diminuer la souffrance des patients car les maladies rhumatismales sont douloureuses», poursuit le médecin. Côté financement, l’association, qui compte environ un millier de membres, bénéficie surtout de l’aide de donateurs, qui se chargent eux-mêmes de l’achat de matériel. Elle organise une fois par un an une soirée ou un concert, dont les recettes servent aussi à renflouer les caisses. L’AMLAR a, d’ailleurs, organisé dans cette optique un gala, jeudi dernier, à l’Office des Changes de Casablanca, animé par Lotfi Bouchnak. Aujourd’hui, l’objectif de l’association est d’établir un réseau avec des rhumatologues et médecins généralistes à Casablanca, puis dans d’autres villes. Autre objectif, faire prendre conscience aux gens que ces maladies sont tellement fréquentes que l’OMS avait décrété la décennie 2000-2010 la «décennie des os et des articulations». Comme mesures de prévention, deux conseils sont donnés, travailler la musculature et éviter la prise de poids, pour échapper au mal de dos et aux problèmes d’arthrose ou de goutte. Nadia BELKHAYAT

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc