×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La Lune aiguise les convoitises internationales

Par L'Economiste | Edition N°:2387 Le 20/10/2006 | Partager

. Course aux missions robotiques et habitéesPrès de 34 ans après la dernière visite d’un Américain sur le sol lunaire, la Lune aiguise de nouveau les convoitises internationales, les Etats-Unis, la Russie et la Chine claironnant leurs intentions d’y envoyer des missions robotiques et habitées. Le Japon et l’Inde ont aussi des programmes avancés d’exploration lunaire robotique, tandis que l’Europe reste encore indécise après le succès de sa petite sonde Smart-1, qui a prouvé la validité de la propulsion ionique alimentée par l’électricité produite par des panneaux solaires. Ces nouvelles ambitions lunaires vont bientôt se concrétiser par une série sans précédent de lancements de sondes vers la Lune. Objectif: de scruter et collecter le plus grand nombre possible de données sur sa composition géologique et ses ressources potentielles. Si tout se déroule comme annoncé, l’Inde, la Chine et le Japon auront leur engin de reconnaissance lunaire en place avant celui des Etats-Unis, le «Lunar Reconnaissance Orbiter», qui ne sera opérationnel que fin 2008. Le Japon ouvrira probablement la course avec le lancement de son satellite Selene en 2007, suivi par l’Inde et la Chine. L’Inde prévoit de lancer son satellite lunaire Chandrayaan-1 dès la fin de 2007. Le vaisseau orbital indien transportera aussi des instruments européens et américains, avec notamment un puissant spectromètre appelé «Moon Mineralogy Mapper» fourni par la Nasa. Les ambitions chinoises de conquête de la Lune reposent sur le Chang’e 1, un orbiteur de deux tonnes, qui pourrait être mis sur orbite lunaire en 2008. L’engin transmettra des images tridimensionnelles de la surface de la Lune et fournira des analyses géologiques. La Chine prévoit aussi l’envoi d’un véhicule robotisé d’ici à 2012 et suivi par une mission robotique en 2020, qui permettra de ramener sur Terre des échantillons du sol et d’autres données, avant l’envoi d’un vaisseau habité d’ici à 2024. Forte de son expérience unique avec dix missions habitées vers la Lune entre 1968 et 1972 dans le cadre du programme Apollo, l’Amérique est la mieux placée pour s’imposer dans cette course à une seconde conquête lunaire, jugent de nombreux experts. Le président George W. Bush avait annoncé en 2004 prévoir un retour des Américains sur la Lune d’ici à 2018 à bord de l’Orion, futur véhicule spatial successeur de la navette. Outre la conquête de Mars via la Lune, «les Etats-Unis pensent que le sol lunaire renferme d’importantes ressources de valeur pour leur économie», explique John Logsdon, directeur de l’Institut spatial de l’université George-Washington. Selon lui, si les Américains ne les devancent pas, les Russes sont capables de mettre des cosmonautes sur orbite lunaire en 2011 ou 2012 et de poser des êtres humains sur la Lune d’ici à 2015 avec leurs équipements existants.(AFP)

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc