×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    La Justice américaine contre la fusion Microsoft-Intuit

    Par L'Economiste | Edition N°:178 Le 04/05/1995 | Partager

    Le département américain de la Justice s'est opposé au rachat d'Intuit par Microsoft. Intuit est une société éditrice de logiciels. Elle a mis au point un logiciel dit Quicken destiné aux utilisateurs domestiques de micro-ordinateurs. Ce logiciel permet de gérer les finances du foyer: budget, impôts, placements, gestion de portefeuille, paiement électronique de factures...
    Actuellement, le produit d'Intuit est utilisé par près de 6 millions de personnes. Ceci permet à cette entreprise de prendre plus de 70% des parts du marché américain.
    Microsoft, quant à lui, vient en deuxième position sur ce créneau avec une part de marché de 22%. Son produit, "Money", est utilisé par près d'un million de personnes.
    Peu content de sa position, Microsoft a décidé de racheter en octobre dernier la société Intuit pour 1,5 milliard de Dollars sous forme de participations croisées.

    En s'opposant à cette association, la Justice avait stipulé que "cette transaction aboutirait à une hausse des prix pour les acheteurs de logiciels financiers tout en freinant l'innovation dans ce domaine".
    Le procureur général pour les problème liés à la législation anti-trust avait même refusé la proposition de M. Bill Gates, président de Microsoft, qui consistait à céder son propre logiciel "Money" à un autre concurrent pour rééquilibrer les forces sur le marché.
    De leur côté, les présidents de Microsoft et d'Intuit avait contesté la plainte déposée par le département de la Justice. La fusion entre les deux sociétés leur donnerait une part de marché de 90%.
    Microsoft équipe 80% des ordinateurs vendus dans le monde. Beaucoup d'opérateurs économiques dénoncent ce monopole et refusent de subir une stratégie imposée par un seul groupe.
    Selon certaines sources, la question qui se pose actuellement aux Etats-Unis est de savoir si la firme Microsoft pourra continuer à se développer sans une scission au sein du groupe lui-même avec, d'un côté, un secteur système d'exploitation, et de l'autre, un secteur logiciel d'application.

    Abashi SHAMAMBA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc