×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

La harira pour liquider le stock des légumineuses

Par L'Economiste | Edition N°:917 Le 15/12/2000 | Partager

. Cette année encore, la production a subi le contrecoup de la sécheresse Comme à l'accoutumée, les entreprises opérant dans la filière des légumineuses ont attendu de pied ferme le mois de Ramadan et sa traditionnelle harira. C'est en effet cette soupe qui dope le marché des légumineuses. Elle permet le décollage de la demande et l'apurement des stocks des producteurs et exportateurs. En ce mois de Ramadan, la consommation moyenne des légumineuses connaît une augmentation de plus de 50%. D'autant plus que le mois sacré se conjugue cette année encore avec la saison froide, période habituellement propice à la consommation de ces produits. Selon l'ONICL, la sécheresse a fortement influé sur la production des légumineuses pour l'année en cours. La récolte 2000 de pois chiches est évaluée à 151.000 quintaux, en régression de plus de 17% par rapport à la saison précédente, et de plus de 60% depuis 1998. Quant à celle des lentilles, elle a reculé de plus de 80% à 27.000 quintaux et de plus de 90% par rapport à la récolte 1998. Même les fèves, très prisées au Nord du pays, ont subi le contrecoup de la sécheresse. De plus de 1,07 million de quintaux en 1997-1998, leur production est passée à 555.000 quintaux en 1998-1999 (-48,42%) et à 326.000 (-81%) pour cette saison. Cependant, toujours selon l'ONICL, cette chute importante de la production ne devrait pas influer sur l'approvisionnement du marché, les stocks hérités de l'année dernière et les importations pouvant prendre le relais.Les stocks estimés sur la base de la production, de l'import et des organismes stockeurs sont de 188.000 quintaux pour les fèves et 143.000 pour les lentilles. Les besoins du marché en ces deux denrées alimentaires sont évalués respectivement à 91.000 et 45.000 quintaux. Pour les pois chiches, le déficit potentiel serait de l'ordre de 65.000 quintaux durant le mois de Ramadan. Les besoins pour le mois sacré sont évalués à 68.000 quintaux mais seuls 3.000 quintaux, essentiellement issus des importations réalisées en octobre, étaient disponibles à la veille du Ramadan. Toutefois, les disponibilités en pois chiches connaîtront une amélioration durant la période à venir et ce, pour plusieurs raisons. Il s'agit ainsi de la mise sur le marché des pois chiches de la production nationale, encore détenue par les commerçants collecteurs et les producteurs des régions du Gharb et Kariat Ba Mohammed. S'ajoute l'exécution des engagements à l'importation non encore réalisés et qui portent, à la date du 16 octobre 2000, sur 24.300 quintaux. Cette supériorité de l'offre sur la demande devrait stabiliser les prix à la consommation, qui s'aligneraient à peu près à ceux au détail pratiqués au cours du mois de septembre par l'ONICL. A. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc