×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    La grippe fait des siennes

    Par L'Economiste | Edition N°:924 Le 26/12/2000 | Partager

    . Le virus peut subir des mutations rapides, produisant souvent de nouvelles souches contre lesquelles l'homme n'a pas d'immunitéAu Maroc, la grippe frappe sans discernement des personnes de tout âge, depuis près de deux semaines. En l'absence de statistiques, il n'est pas évident de connaître l'étendue de cette maladie contagieuse. Il a été cependant créé en 1996 un système de surveillance épidémiologique de la grippe. Celui-ci a été initié par le laboratoire national d'hygiène au Ministère de la Santé. Ce système de surveillance comporte deux composantes: le réseau des praticiens et le laboratoire. Le premier assure la récolte précoce des données sur les infections et leur transmission au laboratoire. Le deuxième, quant à lui, a pour rôle l'isolement et l'identification des virus qui circulent.Mais, la grippe est-elle une maladie bénigne? Loin s'en faut, répondent les spécialistes. Dans un dossier consacré à cette infection dans le numéro 35 de la revue «Les Cahiers du médecin«, ces derniers affirment que cette maladie peut même être fatale pour toute une population en cas d'épidémie.Sa létalité provient du fait que le virus peut subir des mutations rapides, produisant souvent de nouvelles souches contre lesquelles l'homme n'a pas d'immunité. La mortalité grippale peut alors être considérable, comme ce fut la cas par exemple lors de l'épidémie dite de la grippe espagnole en 1918-1920, qui a entraîné le décès d'au moins 20 millions de personnes ou encore celle de la grippe de Hong Kong vers la fin des années 70. La psychose continue avec la découverte de nouvelles souches du virus responsable de la maladie. Plusieurs médicaments antigripaux, actuellement disponibles, permettent le traitement de cette infection. Ces médicaments réduisent les symptômes de la grippe et diminuent la durée de la maladie lorsqu'ils sont administrés au tout début de l'infection.La complication majeure qui peut être mortelle est la pneumonie, primitivement virale ou bactérienne, soulignent les spécialistes. La pneumonie virale survient tôt, en début de grippe. La fréquence est variable selon les épidémies. La pneumonie bactérienne est la complication la plus fréquente, tant chez le sujet précédemment sain que chez l'hôte débilité. Elle peut se greffer dès le début sur la pneumonie virale et assombrir un pronostic déjà lourd, mais elle survient généralement en fin de grippe, souvent après un ou plusieurs jours d'apparente amélioration.Dans le cas des épidémies, la grippe est de façon classique associée à une mortalité accrue, essentiellement chez les personnes à risque. Ce qui justifie le rôle préventif de la vaccination. Pourtant, les pandémies et les grandes épidémies sont accompagnées du décès de sujets jeunes et en pleine santé. On parle de grippe maligne devant un syndrome de détresse respiratoire aiguë compliquant brutalement une grippe chez un sujet sain. La personne est alors victime d'une hypoxémie majeure imposant une hospitalisation en réanimation urgente. S'y ajoutent des complications cardiaques, hépatiques et rénales notamment. Des virus grippaux sont retrouvés en grande quantité dans les poumons, qui deviennent le siège d'un oedème lésionnel.


    Les symptômes de la grippe

    Le début des symptômes est brutal. Il est marqué par la survenue de fièvre et de douleurs diffuses. La personne atteinte se rappelle parfois exactement de l'heure du début de la maladie. La température s'élève rapidement dans les 24 premières heures jusqu'à 39-40 et est généralement suivie par une défervescence graduelle en deux à trois jours. La fièvre s'accompagne de céphalées globales ou frontales pénibles et de frissons avec une sensation de froid notamment. A.Me. (Les Cahiers du médecin)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc