×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    La formation dans les contrats de vente d'avions

    De notre envoyée spéciale à Toulouse, Badra BERRISSOULE

    Par L'Economiste | Edition N°:641 Le 18/11/1999 | Partager



    · 12.000 pilotes et mécaniciens formés annuellement dans les trois centres d'Airbus, à Toulouse, Miami et Pékin

    Six à sept mille pilotes, mécaniciens et hôtesses de l'air sont formés annuellement au Centre de Formation Airbus Industrie à Toulouse. Le centre est opérationnel 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Il emploie près de 500 personnes dont 100 instructeurs pilotes et 50 autres pour la formation des mécaniciens.
    C'est l'une des trois écoles de formation de l'avionneur européen. Les deux autres se trouvent à Pékin et Miami et accueillent respectivement 2.000 et 3.000 personnes par an. Elles sont plus destinées aux pilotes et mécaniciens des transporteurs asiatiques et américains.
    Dans les contrats de vente d'avions aux compagnies, Airbus intègre automatiquement la formation. Pour les premiers, les cessions de formation durent 5 semaines (15 jours de théorie et 3 semaines d'exercices pratiques). Il s'agit pour la deuxième phase de séances de simulation sur les full flight. Ce sont des cockpits tels qu'ils existent dans les avions. En tout, le centre dispose de six simulateurs mobiles et d'une dizaine d'autres fixes. Les formations concernent les trois types de familles Airbus: les 310, 320 et 330. Les pannes sont également simulées lors de ces formations: "il s'agit là de préparer les pilotes et les mécaniciens à toute épreuve", explique l'un des instructeurs.
    Outre les cessions de simulation dans les centres, les pilotes et mécaniciens sont aussi formés dans l'usine d'assemblage de Toulouse appartenant à Aérospatiale, l'un des partenaires du groupement. En effet, c'est le premier site d'assemblage des Airbus où ont vu le jour des avions aussi prestigieux que la Caravelle ou le Concorde. Avec ses six hectares de surface couverts et sa chaîne d'assemblage modulaire, l'usine emploie près de 10.000 personnes et livre annuellement quelque 145 avions en plus des Airbus provenant du site d'assemblage de Hambourg. Cette année, s'enorgueillit les responsables de l'avionneur, le record de livraison de 1998 sera dépassé pour atteindre les 290 appareils avec une cadence de production mensuelle de 23 avions. Et en l'an 2000, le consortium table sur des prévisions de vente situées aux environs de 320 appareils. Les carnets de commandes de l'avionneur européen sont pleins. Près de 556 contrats fermes ont été conclus en 1998. Si Airbus est fier d'avoir conquis un nouveau client, British Airways, qui a commandé plus d'une soixantaine d'avions, il est non moins satisfait d'avoir réussi à renouveler de nouveaux contrats, notamment avec le transporteur allemand Lufthansa. De même que sa réussite sur le marché latino-américain: (trois compagnies de la région Lan Chile, Taca et Tam se sont regroupées pour acquérir 90 appareils).


    La sous-traitance au Maroc


    Plus de 1.500 sous-traitants fabriquent les composants et pièces de rechange des avions Airbus. Chaque partenaire du groupement en charge de l'une des parties des avions a ses sous-traitantsAu Maroc, Maroc Aviation a en charge les modules d'aménagement cabines (cloisons, vestiaires), des éléments de siège. Pour l'année 1999, la sous-traitance Airbus auprès de Maroc Aviation atteindra 10 millions de Francs, soit 40% de progression par rapport à 1998, soulignent les responsables de l'avionneur européen. La société marocaine a en outre un carnet de commandes en activité Airbus rempli jusqu'en 2004.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc