×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

La Fondation BMCE veut créer "l'école communautaire"

Par L'Economiste | Edition N°:528 Le 14/06/1999 | Partager

· Ce concept s'appuie sur l'intégration de l'école dans son environnement
· Partenaires de l'opération: MEN, OFPPT, ONE, ONEP


Le lancement du programme "cent écoles par an", annoncé par la Fondation de BMCE-Bank, est prévu pour le mois d'octobre prochain. Le choix de cette date n'est pas fortuit. En effet, la banque veut faire coïncider cet événement avec son 40ème anniversaire.
Cette opération illustre ainsi l'implication, de plus en plus importante, du secteur privé dans le développement social du pays, notamment à travers les campagnes de lutte contre l'analphabétisme.
La particularité de ce projet, lancé par la Fondation BMCE, consiste en l'intégration des écoles dans leur environnement. C'est ce que Mme Naoual El Moutawakil, directeur exécutif de la Fondation, appelle "l'école communautaire".
Cette notion est, selon Mme El Moutawakil, d'une importance stratégique. Comme elle l'explique, l'approche de plusieurs villageois a révélé que la scolarisation, particulièrement de la fille, figure au bas de la liste de leurs priorités. Par contre, la population rurale juge qu'il est plus important de s'alimenter en eau et en électricité, corvée généralement à la charge de la fille.
La méthodologie de travail de la Fondation consiste ainsi en la recherche d'une plus grande efficience à travers des actions intégrées pour faire face aux contraintes des populations rurales (collecte de l'eau, du bois).
"Nous allons donc construire de petites unités scolaires avec des composantes tout autour", indique le directeur exécutif de la Fondation. L'exemple donné est la réalisation de puits à proximité de l'école. "En ramenant l'eau avec elles, les filles seraient autorisées à aller apprendre à lire et à écrire".
Dans sa démarche, la Fondation s'appuie sur le partenariat avec des acteurs nationaux et locaux. Pour cette opération, la Fondation compte comme partenaires, outre des ONG locales, le Ministère de l'Education Nationale, l'Office National de l'Eau Potable, l'Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail et l'Office National d'Electricité. Ce dernier s'engage par exemple "à fournir, en dotation, 50.000 DH sous forme de branchement en électricité de tout village qui accueillera une école. L'ONEP se chargera pour sa part des puits". Toutefois, si les partenaires de la Fondation sont connus, Mme El Moutawakil reste discrète sur le budget global réservé à ce projet.

Aniss MAGHRI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc