×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    La Fondation BMCE Bank renforce son réseau international

    Par L'Economiste | Edition N°:2886 Le 22/10/2008 | Partager

    . L’ONG américaine Synergos Institute en mission au Maroc . Au programme, éducation, développement durable…La Fondation BMCE Bank met le paquet sur l’éducation. A cet effet, elle reçoit depuis lundi le cercle mondial des philanthropistes Synergos Institute. Cette ONG américaine, de renommée internationale, intervient dans la lutte contre la pauvreté et est basée à New-York. Opérant dans plusieurs pays en voie de développement, elle soutient ses partenaires pour la formulation de stratégies de mobilisation de fonds, le renforcement des capacités, la collecte de fonds auprès des fondations internationales…L’objectif de la rencontre entre Synergos et Fondation BMCE Bank est d’évoquer une série de thèmes en rapport avec l’éducation, le secteur de la santé et les affaires sociales.Au programme, un séjour d’une semaine au Maroc, une visite à l’école Medersatcom de Bouskoura, à l’école Sidi-Rahhou à Marrakech et, enfin, une réunion, aujourd’hui, à Rabat, au siège de la Fondation Mohammed V pour la solidarité.Outre l’équipe dirigeante de la Fondation, le top management de la banque, plusieurs invités du monde politique et associatif étaient présents lors de la réception. Il s’agit de Peggy Dulany, présidente de Synergos Institute, Latifa Laabida, secrétaire d’Etat chargée de l’Enseignement scolaire, Abderrahim Harouchi, président de l’association Afak, Hamou Ouhelli, président de l’association Tawada pour le microcrédit. «Nos fondations considèrent que la lutte contre la pauvreté requiert la mise en œuvre d’une approche multidimensionnelle en termes de mobilisation du savoir, conciliation d’intérêts et conclusion d’alliances», déclare Leila Mezian Benjelloun, présidente de la Fondation.Laabida a relevé que «la Fondation a expérimenté, à travers le programme Medersatcom, un modèle pédagogique permettant aux enfants issus de milieux défavorisés dans le monde rural d’entreprendre un parcours scolaire réussi». La secrétaire d’Etat indique que l’école rurale continue de vivre de sérieuses difficultés liées à sa faible capacité à retenir les enfants en âge de scolarité en raison. Plusieurs facteurs expliquent cet échec: le niveau de revenu et d’instruction des familles, les conditions de vie et de travail des enseignants, le mode de management des écoles et le manque de soutien de la part des élus et des communautés.Pour rappel, le concept Medersatcom, mis en place en faveur du monde rural, allie éducation et développement durable. Il favorise l’émergence d’une «école de la vie» tout en mettant en réseau les compétences et les moyens des différents acteurs du secteur privé, public et de la société civile pour favoriser les partenariats. Le programme comprend actuellement 136 complexes scolaires et préscolaires au Maroc, deux complexes scolaires au Sénégal et au Congo, quatre autres sont programmés au Kenya, au Bénin, au Mali et au Niger. Le programme compte 360 professeurs à raison d’un enseignant pour 24 élèves, 12.000 élèves, 60 projets de développement, 6.000 adultes alphabétisés, dont 80% de femmes et de filles, un taux de réussite de 99% pour les élèves de 6e année primaire. Fait unique au monde: la BMCE Bank consacre chaque année 4% de son résultat brut d’exploitation à la Fondation BMCE Bank.Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc