×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

La Fondation Anna Lindh appuie l’UPM

Par L'Economiste | Edition N°:3380 Le 11/10/2010 | Partager

. Un rapport identifie des valeurs communes. Zoom sur les tendances interculturelles dans la région Une initiative en faveur du projet de la construction de l’Union pour la Méditerranée (UPM). Il s’agit du premier rapport de la Fondation Anna Lindh. La philosophie et les résultats de ce travail ont été présentés, vendredi dernier à Rabat, par André Azoulay, président de la Fondation, accompagné de certains experts ayant contribué à l’élaboration de ce document. «Ce premier rapport de notre fondation constitue un instrument de connaissance scientifique des tendances interculturelles dans l’espace-méditerranéen et de dissection des facteurs qui peuvent en expliquer l’évolution », selon Andreu Claret, directeur exécutif de la Fondation. Différent des études savantes et élitistes, ce travail a adopté une approche pragmatique en donnant la parole aux populations de la région pour se prononcer sur un sujet complexe et difficile à appréhender dont une partie relève des questions taboues. L’exercice a été mené à travers une enquête de terrain qui a touché 13.000 personnes de 13 pays euro-méditerranéens. Au menu de cette enquête, figurent plusieurs questions notamment sur les perceptions, valeurs et perspectives interculturelles. Les résultats de ce travail de terrain réalisé par Gallup Europe ont été soumis pour analyse à 41 experts internationaux. Parmi les résultats-clés de cette enquête, l’on retient un manque de contacts réels entre les populations du Nord et les autres. Selon le rapport, 63% des Européens n’ont jamais visité un pays du Sud ou de l’Est de la Méditerranée. Mais, selon les auteurs du rapport, Internet pourra combler ce déficit et jouer un rôle majeur dans la communication interculturelle en faveur des populations de la région. L’on enregistre aussi un fort intérêt mutuel pour la culture et l’économie. «La majorité des répondants des deux groupes de pays s’est montrée intéressée par les nouvelles et l’information sur la vie culturelle, le mode de vie et la situation économique de l’autre groupe», lit-on dans le rapport. Pour la famille et la religion, les perceptions diffèrent. Ainsi, 64% des Européens préfèrent élever leurs enfants sur la base du principe de solidarité familiale et du respect des autres cultures. Alors que 59% des habitants du Sud et de l’Est de la Méditerranée préfèrent élever leurs enfants en s’appuyant sur des valeurs et croyances religieuses. Toujours sur le même registre, l’on apprend que la conviction d’une vérité universelle était plus répandue dans les pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée avec 60% des réponses. Par pays, ce taux passera à 88% pour le Maroc suivi de l’Egypte. Alors que 78% des Européens pensaient que cette vérité est relative. «Ce ne sont pas uniquement les citoyens du Sud qui valorisent la religion, mais aussi leurs Etats à travers notamment la législation et l’école», commente Mohamed Tozy, professeur universitaire et membre de l’équipe des experts qui a participé à l’élaboration du rapport.Nour Eddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc