×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

La fin du retrait en Cisjordanie pour le 15 février 2000

Par L'Economiste | Edition N°:570 Le 11/08/1999 | Partager

· Arafat accepte la proposition de Barak concernant le début du retrait

· Madeleine Albright reporte sa visite au Proche-Orient


Le Président palestinien Yasser Arafat a donné publiquement, dimanche dernier, son consentement à la proposition d'Israël de commencer l'application de l'accord de Wye Plantation le 1er septembre. Au départ, il s'était opposé à la proposition du Premier ministre israélien Ehud Barak. Mais à deux ou trois semaines près de l'application de l'accord, Arafat a fini par accepter. Rappelons que l'accord stipule un retrait israélien de 13% de la Cisjordanie en trois phases. Seule la première phase, portant sur 2% du territoire, a été appliquée par l'ancien Premier ministre de droite Benjamin Netanyahu qui l'a par la suite gelée. La deuxième phase porte sur 5% de la Cisjordanie et la troisième sur 6%.
Israël envisage d'achever son retrait militaire en Cisjordanie au plus tard le 15 février 2000, avec plus d'un an de retard sur le calendrier initial. L'Etat hébreu souhaite se concentrer, dans les six mois à venir, sur les négociations pour une paix définitive.

Les deux partie doivent notamment déterminer les frontières définitives de l'entité palestinienne. L'accord prévoit également la libération de prisonniers palestiniens et le libre passage des Palestiniens entre la Cisjordanie et la bande de Gaza, de même que d'autres dispositions d'ordre économique. Par ailleurs, le secrétaire d'Etat américain, Mme Madeleine Albright, a reporté sa tournée au Proche-Orient pour le début du mois de septembre, à la proposition d'Ehud Barak.
Ce dernier a expliqué que ce report était nécessaire pour permettre aux Israéliens et Palestiniens de mettre en sourdine leur querelle autour de l'application de l'accord de Wye Plantation sur un retrait de 13% de la Cisjordanie.
Un porte-parole américain avait laissé entendre auparavant que Mme Albright pourrait arriver au Proche-Orient entre les 13 et 15 août. Sa tournée, la première depuis l'investiture de M. Barak le 6 juillet, devrait la conduire en Israël, en territoire palestinien, en Jordanie, en Egypte et probablement en Syrie.

Hicham RAÏQ (AFP)

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc