×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

La Fimme se restructure

Par L'Economiste | Edition N°:3115 Le 25/09/2009 | Partager

. La TVA: un problème à régler. Une stratégie pour bientôtLe secteur des IMME représente 22% de la production industrielle. Son chiffre d’affaires a atteint 64,6 milliards de DH, en 2007. Il compte énormément sur l’offset, mais le problème de la TVA bloque son décollage. Les professionnels misent énormément sur le Sistep 2009. Moulay Youssef Alaoui, président de la Fimme s’explique.- L’Economiste: Depuis l’an 2000, le Sistep perd du terrain. Avec la crise économique la situation se complique..-Moulay Youssef Alaoui: La crise est pour tout le monde. Ce qui rend particulier ce Sistep c’est qu’aujourd’hui le Maroc a des projets d’infrastructures importants. Certes, certains arrivent à terme, mais d’autres vont démarrer. C’est le cas des autoroutes, des lignes ferroviaires… A cela s’ajoute le marché de l’OCP. Ce dernier prônant une stratégie qui encourage l’offset. Et c’est du win win pour tout le monde. Au niveau des exposants, l’objectif a été atteint. Nous avons dépassé 150 participants étrangers. Si ces derniers font le déplacement c’est que le pays est attractif. - Pourquoi le secteur manque-t-il de stratégie et de plan de développement? - Le secteur a toujours eu une production tournée vers la consommation locale. Mais il y a une quinzaine d’années il commence à exporter et réalise 6,5 milliards de dirhams de chiffre d’affaires. La stratégie de la Fimme a été axée sur la consommation locale. Mais pour tenir compte des données actuelles, c’est-à-dire un secteur tourné vers l’export et un Maroc industriel, il faut développer une réelle stratégie. Depuis 2009 nous sommes en train de restructurer la fédération et nous sommes pratiquement au stade des conclusions. Une assemblée générale extraordinaire est prévue vers fin janvier pour présenter la nouvelle organisation de la fédération. Une fois cela réalisé, nous pourrons développer une stratégie sectorielle et devenir une force de proposition de projets tels qu’un contrat-programme. - Qu’est-ce qui explique que les IMME ne soient pas répertoriées parmi les métiers mondiaux du Maroc?- Nous sommes dedans mais divisés. Quand McKinsey a réalisé son étude il n’a pas définiune stratégie globale du secteur des IMME. Il est passé aux métiers directs (aéronautique, automobile…) alors que tous ces secteurs appartiennent aux IMME. C’est dommage, mais la Fimme va se rattraper courant 2010 pour définir une stratégie qui devra être souple pour s’accommoder aux changements.- Le secteur compte sur la généralisation de l’offset, mais la TVA pose problème…- Le projet a été très bien accueilli par le secteur. Cependant il faut régler le problème de la TVA. Le sous-traitant local est obligé de facturer en TTC. Ce qui fait que le fournisseur étranger ne peut récupérer cette TVA, le sous-traitant se trouve ainsi pénalisé car il n’y a pas de ristourne des 20%. Nous avons déjà soumis ce problème au ministère du Commerce extérieur et nous allons en discuter courant octobre pour trouver une solution. Le gouvernement doit se décider rapidement sur ce problème de TVA, notamment dans le cadre de l’offset.Propos recueillis par Jalal BAAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc