×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    La femme, une ouvrière d'abord

    Par L'Economiste | Edition N°:459 Le 09/03/1999 | Partager

    · L'agriculture et l'industrie font travailler près de la moitié des femmes occupées

    · Une femme urbaine sur trois et deux rurales sur trois travaillent chez elles

    · Vulnérables, elles sont les premières victimes du chômage


    Activité lucrative ou pas, la femme travaille beaucoup. Le taux d'activité des femmes âgées de 15 à 70 ans s'élève à 71,4% en milieu rural et à 34,6% en milieu urbain, soit 50,6% à l'échelle nationale.
    Selon le statut des femmes actives occupées, ells sont 6 sur 10 à être salariées en milieu urbain et 4,6% en milieu rural. Rares sont celles qui pratiquent un emploi indépendant et ce, quelle que soit leur origine. Elles ne sont même pas 2 sur 10. Phénomène en revanche perceptible, elles sont près de 7 sur 10 à être aides familiales et à provenir du milieu rural.
    A l'échelle nationale, la distribution de la population active selon les branches d'activité révèle que l'agriculture crée l'essentiel de l'emploi des fem-mes.
    Le secteur agricole occupe en effet 55% de la population active féminine contre 42,3% pour les hommes.
    La proportion des femmes employées par l'industrie est deux fois plus importante que celle des hommes.

    Les travaux ménagers, un monopole féminin


    Le taux de féminisation de la population active dans ce secteur est de 2/3. Celui-ci absorbe près de la moitié des femmes urbaines occupées. Elles se retrouvent dans les activités à forte concentration de main-d'oeuvre comme le textile et l'agro-alimentaire.
    Autre résultat important révélé par l'enquête: près d'un tiers des femmes urbaines et près de 2/3 des femmes rurales travaillent à domicile.
    Elles sont souvent poussées par des conditions de vie difficiles. Les femmes travaillent très jeunes, en général âgées de 13 ans en milieu rural et 21,5 ans en milieu urbain. Durant la vie active, elles subissent une série de contraintes économiques et sociales (mariage, grossesses) qui les obligent à interrompre leurs activités Les travaux ménagers sont considérés comme un monopole féminin. La fillette dès son jeune âge est mise à contribution. Les parents ont tendance à libérer les garçons de toutes les activités non directement lucratives et les affecter aux filles. Les charges domestiques restent du ressort de la femme, même si elle est malade.
    Les nombreuses contraintes auxquelles doivent faire face les Marocaines réduisent les chances de voir émerger une classe de femmes créatrices d'activités rémunératrices.
    Les femmes sont également les plus vulnérables. En cas de crise économique, elles sont les premières touchées. Le taux de chômage féminin avoisine 24,5% contre 17,3% pour l'homme à fin 1998.

    Fatima MOSSADEQ


    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc