×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

La Fed relève ses taux à 4,25%

Par L'Economiste | Edition N°:2172 Le 15/12/2005 | Partager

. La fin du resserrement monétaire approche. De nouvelles hausses restent envisageables La Réserve fédérale américaine (Fed) a relevé, mardi 13 décembre, son taux directeur à 4,25% mais, tout en considérant que de nouvelles hausses de taux mesurées pourraient être nécessaires, elle a aussi laissé entendre que la fin du cycle de resserrement monétaire était proche. Le comité de politique monétaire (FOMC) de la Fed a, sans surprise et à l’unanimité, relevé d’un quart de point le principal taux monétaire, le Fed funds, pour la treizième fois consécutive. Mais la Fed a aussi procédé à des changements sémantiques dans son communiqué final, traditionnellement décortiqué par les marchés financiers qui tentent ainsi d’entrevoir l’évolution à venir de la politique monétaire américaine. La Banque centrale a d’abord retiré de son communiqué le terme de «politique accommodante» pour caractériser sa politique monétaire. Pour les économistes, cela laisse augurer de la fin prochaine du cycle de resserrement monétaire, entamé en juin 2004. Ce changement dans le communiqué était attendu par nombre d’analystes qui considéraient qu’il devenait difficilement tenable pour la Fed de qualifier sa politique d’«accommodante» après treize hausses consécutives. La Fed a, en effet, précisé qu’elle répondrait si nécessaire aux changements de perspectives économiques afin d’atteindre ses objectifs de croissance sans inflation. Néanmoins, elle a souligné que de nouvelles hausses de taux mesurées pourraient être éventuellement nécessaires pour garantir cet objectif. Les économistes ont pris l’habitude de considérer l’expression relèvement «mesuré» comme un synonyme de hausse de taux de 25 points de base, la Banque centrale ayant systématiquement précisé, à chacune de ses précédentes annonces sur ses taux, que sa politique «accommodante» pourrait être «abandonnée à un rythme mesuré». Par ailleurs, malgré les changements sémantiques, la Fed a encore répété que l’activité économique aux Etats-Unis restait solide en dépit de la hausse des prix de l’énergie et des cyclones qui ont frappé le sud du pays à la fin de l’été. L’inflation de base (hors énergie et alimentation) est restée relativement basse ces derniers mois et les perspectives de hausse des prix à long terme restent également contenues. Mais les coûts de l’énergie pourraient toutefois accroître les risques inflationnistes. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc