×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    La Douane d’Agadir sans scanner

    Par L'Economiste | Edition N°:3125 Le 09/10/2009 | Partager

    . L’outil de contrôle en panne depuis deux mois . Sa réparation va coûter 6 millions de DHLA première zone d’exportation du Royaume est sans scanner depuis plus de deux mois. Le seul outil du genre dont dispose les services de Douane à Agadir est en panne depuis cette date. Une remorque l’a heurté lors de manœuvres et l’a cassé, précisent les responsables de la Douane. Depuis, l’établissement attend que l’Agence nationale des ports (ANP) le répare. Cette dernière est, en effet, interpellée suite à cet incident car elle est le propriétaire de l’équipement mis à la disposition de la Douane depuis deux ans pour le contrôle des produits à l’export comme à l’import. Mais la réparation coûtera très cher. «Près de 6 millions de DH sont nécessaires pour cela», indique-t-on du côté de l’ANP. Auparavant, la procédure a imposé l’intervention des assurances en charge du dossier et des expertises des dommages engendrés, précise la même source. «Par ailleurs, la pièce de rechange doit être importée auprès d’un fournisseur chinois», poursuit un représentant de l’Agence. En attendant, la Douane tente de relancer l’ANP pour la remise en état de l’outil en question. Pour l’heure, ses ressources humaines ont dû revenir aux anciennes procédures de contrôle des produits qui transitent par ses services. Ainsi, c’est une analyse et une gestion des risques qui est adoptée. Le contrôle est alors sélectif mais quand il se fait la vérification est physique. Ce retour aux anciennes procédures ne semble pas pour autant déranger les exportateurs de la région. Pour ceux de poisson, le scanner engendrait parfois des retards à leurs produits périssables. «C’est certes un moyen de dissuasion, mais le contrôle par scanner causait des blocages dans le trafic car toutes les marchandises y passaient», indique un opérateur de la filière. Pour lui, «le scanner est plus une sécurité au niveau des produits importés pour s’assurer de la conformité de la marchandise». Du côté du secteur des fruits et légumes, les professionnels questionnés disent ne pas être au courant du problème. Il faut dire que l’incident causant la panne du scanner a coïncidé avec la fin de la campagne d’exportation de fruits et légumes et aujourd’hui l’activité d’expédition vient à peine de démarrer. Par ailleurs, les opérateurs de la filière se sont aussi parfois plaints des longues files d’attente pour la vérification par scanner.De notre correspondante, Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc