×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    La distribution des produits pétroliers : Les marges freinent l'investissement

    Par L'Economiste | Edition N°:220 Le 07/03/1996 | Partager

    En dépit de quelques effets jugés pénalisants par les distributeurs, la nouvelle formule de tarification a introduit plus de transparence. Distributeurs et gros utilisateurs sont à même d'anticiper les variations de prix.


    La tarification des produits pétroliers en vigueur depuis le premier janvier 1995 a introduit souplesse et transparence dans la fixation des prix domestiques. En effet, leur indexation sur le cours des marchés internationaux (Amsterdam/Rotterdam/ Anvers) permet aux distributeurs de procéder à des simulations à partir de la période de référence.
    "Sur la base de l'évolution des cours internationaux, le distributeur peut par le biais de la nouvelle formule, estimer les prix mensuels futurs", explique M. Ahmed Tizniti, directeur général du carburant à Afriquia.
    De plus, la modalité fixée par décision ministérielle, en accord avec les raffineurs et les distributeurs, précise les différentes composantes du tarif, notamment le prix de reprise (prix sortie raffinerie), la TVA et les marges. Le compte d'ajustement, comme seule variable de la formule, permet d'éviter la répercussion systématique des variations de prix dans la limite d'une fourchette. "Ainsi, quand la variation du cours international est comprise entre +2,5% et -2,5%, le prix pratiqué reste inchangé". Au-delà de cet intervalle, toute modification de prix est répercutée sur le marché intérieur.

    Variations saisonnières

    En fait, les variations observées sont surtout saisonnières. Le fuel ou le gasoil, par exemple, voient leur prix à la consommation grimper en hiver du fait de la pression de la demande. Enfin, le différentiel de transport est fixé par arrêté, tenant compte notamment de la distance entre le point de vente et la raffinerie de Mohammédia.
    Cependant, une certaine réserve est émise sur le choix du cours du marché spot comme base de l'indexation. Celui-ci est jugé peu représentatif de l'ensemble des échanges internationaux car il ne reflète pas les prix pratiqués dans les grands espaces commerciaux tels l'UE ou l'ALENA.
    Du point de vue des distributeurs, l'actuelle tarification s'est traduite par le paiement d'un prix plus élevé. Sous l'ancien régime, les dépôts de produits pétroliers achetés auprès des raffineries (SAMIR, SCP) étaient placés sous douane. "Tant qu'ils étaient stockés, ces produits n'étaient pas soumis à la déclaration pour paiement de la Taxe Intérieure de Consommation (TIC)", explique M. Tizniti.

    La taxe n'était versée qu'au fur et à mesure des déclarations mensuelles de mise à la consommation.
    En janvier 1995, ces dépôts ont été dédouanés et les distributeurs sont désormais tenus de s'acquitter à la fois des droits de douane (17,5% à 27,5%) et de la TIC dès le retrait des produits de la raffinerie. "Ces nouvelles modalités ont resserré la contrainte de trésorerie des distributeurs". Par ailleurs, les distributeurs espéraient profiter des variations de prix pour améliorer leur marge. "En fait, il n'en est rien et la faiblesse de la marge de distribution constitue un frein à l'investissement".
    En revanche, la marge de détail allouée aux gérants de stations - services a été revalorisée en 1995. De même, le différentiel de transport a été révisé sur la base des prix de l'ONT et de l'ONCF, afin de permettre l'acheminement des produits pétroliers vers les régions éloignées.
    Enfin, pour parer au problème de la volatilité des prix mensuels, les distributeurs doivent procéder à une gestion active des stocks. Dans le but de se prémunir contre les dépréciations de stocks en l'absence de garantie de l'Etat, les sociétés seront amenées à recourir aux nouvelles techniques de couverture.

    Stock de sécurité

    De plus, les distributeurs sont tenus de constituer un stock de sécurité de 75 jours. La marge spéciale pour financement des stocks, fixée à 4 centimes/litre, doit être versée à la Caisse de Compensation. Un échéancier sur la période 1995/1998 a été mis en place par le Ministère, en accord avec la profession, pour le relèvement progressif des stocks de sécurité. Son application suppose au préalable une remise en ordre des problèmes des impayés administratifs. Cependant, la constitution de ces stocks de sécurité se traduira par l'immobilisation de sommes importantes.
    A en croire les professionnels, en dépit de quelques imperfections, ce système de tarification "intermédiaire" fonctionne bien.
    Mais avec la privatisation de la Samir et la perspective d'une libéralisation complète du secteur à l'horizon 2000/2005, plusieurs appréhensions subsistent.
    "Même en cas de suppression totale des droits de douane, des obstacles structurels risquent de freiner les importations".
    Ainsi, au niveau des infrastructures portuaires, seuls les ports de Mohammédia et de Jorf Lasfar sont à même de recevoir des bateaux pétroliers, sachant que celui de Casablanca ne possède plus de quai pétrolier.

    Mouna KABLY


    Tarification des produits liquides


    1- Le prix de reprise: prix payé sortie raffinerie.
    2- La TIC: la recette fiscale pétrolière fixée annuellement est répartie entre différents produits pétroliers. Le prélèvement sur le super est le plus élevé (376,40 DH/hl), suivi de l'ordinaire (357,20 Dh/hl), considérés tous deux comme produits "de luxe". Le gasoil est faiblement taxé et le lampant exonéré car utilisé surtout par les ménages à faibles revenus. Pendant une quinzaine d'années, le fuel était taxé à 600 DH/t alors que le charbon, produit concurrent, était exonéré. Actuellement, la taxe du fuel a été réduite à 435 DH/t et le charbon est soumis à une taxe (165 DH).
    3- TVA: 7% du prix de reprise + TIC.
    4- Crédit de droit: 0,45% des taxes (TVA et TIC).
    5- Le coulage: 1,25% du prix toutes taxes comprises, pour indemniser les distributeurs des pertes en produits liquides suite aux évaporations et au coulage lors du transport de la raffinerie au dépôt.
    7- Les frais et marges de distribution: fixées en valeur absolue. Les distributeurs ont déposé un dossier pour la révision des marges, qui varient entre 14,70 DH/hl pour le super et 8,60 DH/hl pour le gasoil. La distribution du fuel n°2 génère une marge de 90 DH/t. L'ONE, premier consommateur de fuel, est relié directement à la Samir par pipe. "Donc la passation de l'ordre par le distributeur ne requiert qu'une simple communication téléphonique pour laquelle il perçoit 90 DH/t", précise-t-on à la direction de l'Energie.
    8- Marge spéciale pour le financement des stocks: prélèvement de 4 centimes/l vendu au consommateur. Ces sommes collectées par le distributeur sont considérées comme dette à long terme vis-à-vis de la Caisse de compensation.
    9- Péréquation: prélèvement sur chaque produit liquide pour financer la subvention du butane. Elle est reversée aux distributeurs de butane déficitaires.
    10- Provision pour différentiel Mohammédia- Sidi Kacem: versée à la SCP pour parer au coût de transport.
    Les recettes 9 et 10 sont collectées pour le compte de la Caisse de compensation avant d'être reversées aux bénéficiaires.
    11- Compte d'ajustement des prix pour éviter le changement mensuel systématique dans la limite de + et - 2,5%. Seul le prix du fuel change tous les mois (bon marché).
    12,13 et 14- Prix de vente en gros TTC: TVA de 7%.
    15- Coulage/détaillants.
    16- Marge de détail: 3% du prix de vente.
    17- Prix de vente au détail sur les points proches de la raffinerie. Le différentiel de transport est fixé en fonction de la distance: il est de 3DH/hl pour Rabat et 20DH/hl pour Agadir.

    Mouna KABLY.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc