×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

La deuxième promotion de conseillers économiques sur les rails

Par L'Economiste | Edition N°:1168 Le 20/12/2001 | Partager

. Le cycle de formation de la seconde promotion de conseillers économiques démarre cette fin d'année. Le programme concerne une quarantaine de diplomates Après des années de léthargie et d'immobilisme, la diplomatie marocaine tente de se réconcilier avec le monde économique. Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération s'apprête à lancer dans les jours à venir un nouveau cycle de formation de conseillers économiques. Objectif: étoffer la représentation économique au niveau des missions diplomatiques et consulaires. Près de quarante cadres seront concernés par cette initiative. Une première expérience similaire a déjà été conclue l'année dernière. Au regard des résultats, le projet sera institutionnalisé. Dorénavant, chaque année, un nouveau contingent de conseillers est appelé à renforcer les rangs de la diplomatie marocaine. Visites sur le terrain, rencontres avec les opérateurs économiques et séminaires ponctueront ce cycle de formation qui devra s'étendre sur plusieurs mois. La formation n'est subordonnée à aucune contrainte administrative. La sélection se fait sur demande expresse des candidats. “Depuis deux ans, une vaste restructuration a été entamée afin de rendre l'appareil diplomatique plus performant. Aussi, afin d'être effective, cette réforme se doit d'être acceptée et non imposée”, déclare Rachad Bouhlal, secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, maître d'oeuvre de ce chantier. Lors de ce cycle, l'étude de cas pratiques est appelée à prendre le pas sur la théorie. Tout au long de la formation, les diplomates seront invités à se pencher sur des cas concrets. Une démarche destinée à leur permettre de faire la synthèse entre les connaissances assimilées et la réalité du terrain. Professeurs universitaires, décideurs économiques et diplomates expérimentés animeront diverses interventions. Car, “la réussite de l'entreprise repose essentiellement sur la qualité de la formation dispensée”, souligne Rachad Bouhlal. Les diplomates ainsi formés sont destinés à être une précieuse source d'information et d'orientation dans le pays d'accueil. Quand un investisseur se présente dans une ambassade ou un consulat, il doit se trouver face à un interlocuteur ayant une connaissance précise et détaillée du tissu économique marocain. Au cours de ces dernières années, la globalisation a engendré des liens d'interdépendance et multiplié les négociations entre les Etats. Dans cette dynamique, la composante économique a acquis une importance croissante dans les rapports entre Etats. Dépassant le caractère strictement commercial, elle est devenue la clef de voûte au sein des relations diplomatiques. A tel point que les questions économiques ont acquis un statut particulier et ne sont plus traitées en annexe de la politique. L'enjeu est d'attirer le maximum d'investisseurs étrangers. Au cours de l'année qui s'achève, les investissements étrangers directs se sont élevés à près de 3 milliards de dollars. Une nette augmentation, lorsque l'on sait qu'il y a moins de six ans, ils ne dépassaient guère la barre des 50 millions de dollars annuels. L'attrait des investissements externes est donc assez important pour être ignoré. Des changements sont entrepris depuis quelques années pour relancer et mettre à niveau l'économie marocaine. Il appartient à présent aux diplomates de prendre le relais.Abdelfattah BERHIL


Sucrafor en Conseil d'Administration

Le Conseil d'Administration de la Sucrerie Raffinerie de l'Oriental (Sucrafor) s'est réuni la semaine dernière sous la présidence de Mustapha Mansouri, ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Energie et des Mines. L'ordre du jour a porté notamment sur l'examen de l'activité durant l'exercice 2002. Le Conseil a indiqué que la production de la betterave à sucre au titre de l'année 2001 a été de près de 241.500 tonnes pour une superficie de 4.230 ha, soit un rendement moyen de 58 t/ha. La production de sucre blanc s'est établie à 33.000 t environ contre 17.500 t durant l'exercice 2000. En ce qui concerne les prévisions de production 2002, la production de betteraves à sucre s'élèvera à 250.000 tonnes pour une superficie de 4.500 hectares et une production de sucre raffiné de 32.000 tonnes. L'investissement prévu durant cet exercice s'élève à 38 millions de DH. Il concerne l'aménagement de l'atelier de cristallisation et l'acquisition de matériel et outillage pour la rénovation des équipements. Le Conseil a annoncé également la signature prochaine du projet de contrat-programme entre l'Etat et la Sucrafor. Ce contrat-programme est établi pour une durée de cinq ans. Il a pour objectif de définir les engagements de l'Etat et la société et accroître sa compétitivité. Il prévoit également la mise en place d'un programme pluriannuel d'investissement et de rationalisation de gestion.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc