×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

La démocratie doit venir de l’intérieur

Par L'Economiste | Edition N°:2122 Le 04/10/2005 | Partager

. La recommandation importante du colloque international de Rabat. La société civile reconnue comme interlocuteur légitime des gouvernementsLe colloque international sur le pluralisme politique et les processus électoraux, qui s’est tenu à Rabat du 1er au 3 octobre, a clos ses travaux par la formulation d’un certain nombre de recommandations. Les 400 participants se sont mis d’accord sur le droit de chaque pays de choisir son système politique et promouvoir les réformes en harmonie avec son rythme, son potentiel et ses spécificités. Ils ont souligné le rôle de la société civile en tant qu’interlocuteur légitime dans le processus de développement démocratique à côté des gouvernements. Le colloque a aussi mis l’accent sur l’importance du pluralisme politique et la participation des citoyens à la vie politique et aux affaires publiques. Tout le monde a reconnu le besoin de sources de financement internationales et régionales pour les activités de la société civile, en faveur de la démocratie et des réformes. Durant la séance d’ouverture, les intervenants ont insisté sur le fait que la démocratie ne peut faire l’objet de diktat émanant des superpuissances. La démocratie dans le Monde arabe doit naître de l’intérieur. C’est finalement le constat que l’administration américaine a tiré de ses expériences en Irak et avant, en Afghanistan. Elle a aussi reconsidéré ses ambitions politiques pour le Grand Moyen-Orient (GMO). Et c’est pour cela que le Forum pour l’avenir qui se tiendra à Bahreïn, le 12 novembre prochain, s’est d’abord renforcé d’institutions et beaucoup de discussions avant d’enchaîner sur l’expérience unique de Rabat, où pour la première fois, gouvernements et société civile se sont mis autour de la même table. L’événement est organisé par les ministères des Affaires étrangères marocain et italien et par leurs partenaires non étatiques, l’ONG italienne No Peace Without Justice, dont la fondatrice n’est autre que la députée européenne Emma Bonino et “Maroc 2020” de Ali Belhaj. Côté marocain, la participation était maigre. Les chefs des partis politiques et les représentants d’associations ne sont pas venus nombreux. Désaffection ou contrainte de temps? Les deux sont liées, mais une chose est sûre: la classe politique ne porte pas dans son cœur la société civile. Comme Bonino l’a si bien dit dans son intervention lors de la séance d’ouverture des travaux du colloque, “il ne faut pas demander la lune”. Pour elle, la démocratie est un processus qui se construit par le dialogue non violent entre gouvernements de la région, partis politiques et représentants de la société civile. Ces derniers se sont déjà mis d’accord sur les recommandations à apporter au colloque de Rabat durant la rencontre de Venise qui s’est tenue en juillet dernier. Par ailleurs, le colloque de Rabat n’est pas un événement isolé. Il s’appuie sur le processus du DAD (dialogue d’appui à la démocratie) ainsi que sur l’engagement exprimé par les pays de la région à l’occasion du 1er Forum pour l’avenir, tenu le 12 décembre 2004 à Rabat. Les résultats du colloque du week-end dernier seront ainsi présentés au Forum pour l’avenir de Bahreïn dans un mois.La grand-messe de Rabat a surtout permis un échange d’expériences entre l’Occident et le Monde arabe. Elle aura aussi permis de prendre le pouls du degré et de la qualité du rapprochement qui pourrait exister entre décideurs de la région et société civile. Pour le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères de Turquie, pays cosponsor de la manifestation aux côtés de l’Italie et du Yémen, “chaque Etat doit avoir sa dynamique propre en matière de démocratie”. Et d’ajouter que des élections justes et libres en sont le gage. Pour sa part, le responsable de l’International Institut for Democracy, a souligné que “la démocratie n’est pas un processus linéaire. Elle peut faire du stand-by, reculer et même emprunter des voies tortueuses”. Quant à Ali Belhaj, président de l’Association Maroc 2020, coorganisatrice du colloque de Rabat: “La démocratie ne se fait pas en dehors du développement économique”. Il n’a pas manqué d’évoquer les progrès réalisés par le Maroc en matière de liberté de la presse et des droits de l’homme, notamment pour ce qui est de l’Instance Equité et Réconciliation. L’exemple marocain a aussi été cité par Bonino pour qui le Maroc est son “université accélérée en matière de dialogue”, faisant allusion aux négociations du temps où elle était commissaire européen à la Pêche, il y a dix ans. Les inquiétudes en matière de politique sont aujourd’hui communes à toutes les nations, même les plus développées. L’exemple du référendum sur la Constitution européenne est assez éloquent à ce sujet.


Machisme politique

La démocratie, c’est aussi donner plus de chances à la femme. Emma Bonino, députée européenne, pense que concernant la participation de la femme à la politique, il y a eu un recul. “Comment se fait-il qu’il y ait peu de femmes dans les partis politiques européens? s’interroge-t-elle. Au Koweït par exemple où les femmes ont enfin accès aux urnes, les militantes exigent aujourd’hui un quota pour le Parlement. Parmi elles, “la charmante dame” qui a pris part au colloque et qui a avancé des idées précieuses sur le combat que les femmes doivent mener pour la reconnaissance politique. Les femmes participantes ont apporté une composante émotionnelle aux débats qui a beaucoup enrichi le colloque. Venant d’Iran, d’Irak ou d’Afghanistan, les femmes ont montré beaucoup de courage en dénonçant les abus durant les élections.Mostafa BENTAK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc