×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

La déclaration préalable d'importation pour protéger les allumettes marocaines

Par L'Economiste | Edition N°:736 Le 30/03/2000 | Partager

. Les entreprises importatrices d'allumettes sont soumises à cette mesure depuis le 23 mars

. La consommation d'allumettes au Maroc a chuté de moitié en l'espace de 10 ans


Après des années de combat, les intervenants du secteur des allumettes ont réussi à convaincre le Ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat de soumettre l'importation des allumettes à une Déclaration Préalable d'Importation (DPI). Cette mesure d'urgence, en vigueur depuis le 23 mars, est instituée en application des dispositions de l'article 15 de la loi n°13-89 relative au commerce extérieure telle qu'elle a été complétée et modifiée par la loi n°3-96. La loi susmentionnée habilite l'Administration à soumettre, à titre conservatoire, les importations des produits qui portent, ou menacent de porter, un préjudice grave à la production nationale à la DPI.
La DPI appliquée aux allumettes fait suite aux perturbations que connaît le marché. Elle vise à assurer une surveillance et un suivi statistique des importations desdits produits.
Le secteur des allumettes est, en effet, en net recul depuis les années 80 au bénéfice du briquet et de l'allume-gaz. La demande a enregistré une baisse de près de 30% depuis la fin des années 80, de même que la consommation a chuté de moitié. La tendance est la même dans les pays industrialisés dont la régression de la consommation a débuté dans les années 60.
Les principales causes de ce recul d'activité sont dues à la conjonction de plusieurs phénomènes, d'une part la tendance des fumeurs à préférer les briquets, et d'autre part aux ménagères qui se dotent d'allume-gaz.

Les Chinoises aussi


Cependant, le marché, même en net repli, intéresse la concurrence étrangère. Quelques catégories d'allumettes étrangères ont même bénéficié, depuis quelques années, d'accords tarifaires bilatéraux. "Ce fut le cas des importations d'allumettes jordaniennes qui, en plus de prix dumping, bénéficient de ce type d'accord", se plaignent les industriels.
Les jordaniennes ne sont pas les seules, les chinoises aussi tentent de percer le marché.
Pour essayer de sauvegarder l'activité industrielle, les professionnels ont mis au point de nouvelles stratégies axées sur la diversification dans le produit et dans d'autres secteurs, et la recherche de nouveaux marchés.
Process de fabrication de l'allumette
Les tiges d'allumette sont fabriquées à partir du bois de peuplier. Les troncs sont écorcés. Tronçonné en billots de 66 centimètres, le bois de peuplier est ensuite déroulé en feuilles de l'épaisseur d'une allumette. Puis des "matelas" de bois sont constitués et entassés. Ils passent au hachoir pour être réduits en tiges.
Celles-ci sont ensuite ignifugées. Le but de cette opération est d'empêcher que la combustion se poursuive après avoir soufflé la flamme.
Au Maroc, les industriels importent les tiges ayant déjà subi ces opérations. Ensuite, ces tiges sont réceptionnées et disposées sur un tapis perforé de petits trous.
Elles passent dans un bain de paraffine qui facilite l'allumage. Puis, les allumettes sont "chimiquées": elles reçoivent leur "bouton" de chlorure de potasse et sont ensuite séchées.
Le tapis les achemine enfin jusqu'aux étuis qui ont été préalablement découpés. Les boîtes sont contrôlées par sondage et emballées selon les standards de conditionnement.
Pour les allumettes en cire, le procédé est le même en aval. En amont par contre, la matière première de base arrive sous forme de rouleau de papier kraft. Pour que le papier puisse s'imprégner de paraffine, il est trempé préalablement dans un bain d'eau. L'étape suivante consiste à le rouler pour lui donner la forme de tiges d'allumettes. Puis, celles-ci sont découpées.
La production nationale est composée de 80% d'allumettes en cire et 20% d'allumettes en bois.

Fedoua TOUNASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc