×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    La CTM ne vivra pas que du transport des voyageurs

    Par L'Economiste | Edition N°:2132 Le 18/10/2005 | Partager

    Mohamed Bouda a été nommé PDG de la CTM il y a tout juste un mois. Le nouveau président n’entend pas chambouler la stratégie du groupe, mais y apporter des ajustements. Priorité est donnée à l’amélioration de la rentabilité, ce qui n’exclut pas de saisir d’éventuelles opportunités de croissance externe. Par ailleurs, la compagnie n’a pas abandonné ses prétentions dans la logistique. Le projet, assure son président, est au-delà de la phase de réflexion.- L’Economiste: Quels objectifs vous a-t-on fixés dans votre cahier des charges? - Mohamed Bouda: Pour une entreprise cotée en Bourse, il n’y a pas besoin de détailler les objectifs. En gros, il m’a été demandé de rendre l’entreprise encore plus rentable, avoir une meilleure profitabilité et de remonter le cours en Bourse.- A un moment, la compagnie avait l’ambition de diversification dans des activités périphériques au transport. Où en êtes-vous aujourd’hui?- Le cœur du métier du groupe reste l’activité transport des voyageurs assuré par la CTM S.A dont il va falloir améliorer la rentabilité. Le transport des voyageurs représente 70% du chiffre d’affaires. Se développer ne signifie pas forcément croissance externe ou création d’une nouvelle activité. C’est avant toute optimisation, faire bien ce que nous savons faire de manière à dégager plus de marge. Le groupe a investi dans la messagerie et la logistique, une activité qui s’est beaucoup développée ces dernières années dans un environnement très concurrentiel. Nous développons la messagerie, mais nous pensons que ça n’est pas suffisant. Nous avons des projets en logistique pour accompagner notre clientèle. Nous avons dépassé la phase de réflexion. Reste à affiner quelques points car le projet exige quand même une certaine surface financière et une assiette foncière conséquentes. Nous assurons aussi du transport du personnel depuis 2002 même si cette activité n’a pas vraiment décollé. Dans le contexte d’externalisation, le transport du personnel est un axe de développement intéressant. Nous avons aussi une petite entité dans le tourisme. Une réflexion stratégique est en cours sur l’opportunité de sa réintégration dans le périmètre de la CTM S.A ou la poursuite de son développement en tant que filiale. Sur le plan international, notre développement passe par des alliances avec des grands opérateurs étrangers.- Que comptez-vous développer exactement dans la logistique?- L’idée que nous explorons est d’aménager notre propre plateforme afin d’offrir aux entreprises toute une panoplie de prestations à valeur ajoutée. Ce serait soit directement avec des partenaires locaux, soit indirectement, avec des groupes étrangers qui travaillent avec des grandes structures marocaines. A notre niveau, nous sous-traiterons par exemple le transport, le stockage, voire la préparation des commandes et la livraison aux clients.- Compte tenu du développement prévisible du trafic, la CTM devrait-elle un jour se résoudre à absorber un concurrent ou poursuivre la croissance interne?- C’est une question qui a fait l’objet d’une réflexion au niveau des organes de gestion de l’entreprise. Le projet est encore en phase d’étude. Vous conviendrez que ce genre de décision nécessite plus de temps de maturation avant de se concrétiser. Ce qui n’exclut pas de surveiller des opportunités qui se présenteront et de les saisir éventuellement. - Sur le plan accueil, on a l’impression que Casablanca est l’arbre qui cache la forêt de vos défaillances…- Je reconnais que nous avons encore beaucoup de travail à faire pour améliorer la qualité de notre service. Les clients sont très exigeants et nous ne pouvons continuer à mériter leur confiance que si nous améliorons notre qualité de service. Autant, il y a dix ans, nous avions en face très peu de concurrence organisée, autant aujourd’hui, des opérateurs structurés sont apparus sur le marché. Notre challenge est de pouvoir harmoniser les standards de qualité sur l’ensemble de notre réseau. Nous travaillons pour rendre nos agences commerciales plus accueillantes. Nous sommes aussi en train de procéder à une mise à niveau de nos commissionnaires. Tout cela va être accompagné d’une amélioration de notre système d’information afin de garder notre avantage concurrentiel.Propos recueillispar Abashi SHAMAMBA

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc