×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 159.147 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 199.098 articles (chiffres relevés le 27/5 sur google analytics)
Entreprises

La croissance des primes a ralenti en 1997

Par L'Economiste | Edition N°:325 Le 09/04/1998 | Partager

Le secteur des assurances a réalisé un chiffre d'affaires de 8 milliards de DH en 1997 en progression de 7,6%. La reprise du portefeuille automobile de la CAT a bouleversé le classement des compagnies.


Le détail des primes émises par les compagnies d'assurances au titre de l'exercice 97 vient d'être diffusé auprès du secteur.
L'état laisse ressortir un chiffre d'affaires global d'environ 8 milliards de DH contre 7,5 milliards en 1996, soit une hausse de 7,6%. La progression s'est toutefois ralentie par rapport aux exercices 96 (+9%) et 95 (+8,7%). Le total des primes émises au titre de l'assurance-vie passe de 1,5 à 1,8 milliard de DH (+20%). Progression aussi pour la branche non-vie(1), dont le chiffre d'affaires s'est élevé à 6,2 milliards de DH (5,7 milliards en 1996).
Le classement par compagnie a connu quelques bouleversements dus notamment à la reprise par le secteur du portefeuille automobile de la CAT, héritage des cinq sociétés en liquidation. Avec 1,07 milliard de DH de chiffre d'affaires (888,83 millions en 1996), Al Wataniya occupe toujours le premier rang. Al Amane rétrograde pour sa part de la deuxième à la quatrième position, tandis que la CAA conserve sa troisième place.

Il faudra surtout noter le parcours de Wafa Assurance. Avec un chiffre d'affaires de 898,40 millions de DH contre 613,27 millions en 1997, soit 46,5% de progression, la compagnie passe de la sixième à la deuxième position, talonnant, et de près, Al Wataniya. Sa performance s'explique pour une bonne part par le portefeuille automobile. La part de celui-ci dans le total des primes émises par la compagnie passe à 42,5% (contre 29% en 1996). Rappelons qu'à la suite du dispatching du portefeuille de la CAT Wafa Assurance avait hérité de 50 intermédiaires (ex-réseau des cinq sociétés en liquidation).
Pour sa part, la Royale Marocaine d'Assurances (RMA) a gagné une place au classement. Son chiffre d'affaires atteint 671,5 millions de DH contre 503,77 millions, soit +33,3%.
Au top-ten figurent également Atlanta et la GGM. La société du groupe Holmarcom (famille Ben Salah) affiche la plus importante progression du marché: son chiffre d'affaires est passé respectivement de 314,9 à 504,7 millions de DH, soit +60,2%. Cette hausse reste concentrée dans les assurances non-vie: leur part a progressé de 71,5%. Le même phénomène est observé pour la GGM. Pour cette société, le total des primes émises atteint 253 millions (170,94 millions en 1996) soit +48%. Le chiffre d'affaires non-vie est passé de 144 à 224,64 millions de DH.
Reste maintenant à apprécier le comportement de la branche automobile en tenant compte des engagements techniques et des prestations des différentes compagnies.

A rappeler que le rapport de la SCR pour 1996 avait laissé ressortir une reprise. Pour les affaires légales notamment, l'automobile s'est nettement améliorée, puisqu'elle affiche un excédent technique de 12,5 millions de DH après 63,3 millions de perte en 1995 et 290,03 millions en 1994. Avec l'augmenta-tion tarifaire intervenue en 1998, il faut s'attendre à une confirmation de la tendance.

(1) Accidents corporels, accidents du travail, automobile, responsabilité civile, maritime, aviation, incendie et risques divers.


Où sont passés les 2x200 millions de DH?


La BAD et la Banque Mondiale ont accordé un prêt global de 236,5 millions de Dollars pour la réforme de l'épargne institutionnelle. Le fonds sera entre autres destiné à accélérer le remboursement des sinistres impliquant les sociétés d'assurances en liquidation. S'agissant du dossier liquidation, il est à craindre que les aides mettent beaucoup de temps dans le circuit, d'autant que ces sociétés n'ont toujours pas reçu les sommes débloquées par les gouvernements précédents.
A rappeler que M. Driss Jettou avait signé avant son départ le déblocage de 200 millions de DH pour accélérer le règlement de ces sinistres. Bien avant lui, l'ex-ministre des Finances, M. Mohamed Kabbaj, avait lui aussi annoncé le déblocage de 200 millions. A préciser que le directeur des assurances de l'époque, Mlle Zoulikha Nasri, tenait à aviser régulièrement M. Kabbaj sur l'état de la trésorerie de ces sociétés. Difficile d'en dire autant sur la situation actuelle, d'autant que le successeur de Mlle Nasri est peu sensible aux règles de la transparence.
Il s'agit donc aujourd'hui de 400 millions de DH, officiellement destinés à dédommager partiellement les victimes, mais qui ne sont toujours pas parvenus à leur destinataire.

Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc